Des nouvelles à ne pas manquer cette semaine

Les CASC embauchent 144 infirmières en soins directs

Le gouvernement a récemment annoncé l’embauche de 900 nouvelles infirmières et nouveaux infirmiers; cet ajout suit l’engagement pris par le gouvernement en 2007 d’embaucher 9 000 nouvelles infirmières et nouveaux infirmiers. Parmi ces nouveaux employés, notons 144 infirmières et infirmiers qui visiteront les écoles pour appuyer les efforts d’identification précoce des étudiants qui pourraient avoir des problèmes de santé mentale et de toxicomanie, et d’intervention. Les infirmières et infirmiers évalueront et développeront des plans de soins, fourniront un service direct dans les cas légers, et offriront soutien et renvoi là où c’est plus grave. Ce qui est particulièrement intéressant à propos de cette initiative est que ces nouveaux infirmières et infirmiers, les tout premiers à être embauchés pour fournir des soins directs depuis l’époque Bob Rae, travailleront directement avec les Centres d’accès aux soins communautaires. Lorsque Mike Harris a transformé les organismes offrant de multiples services du NPD en Centres d’accès aux soins communautaires, il avait insisté qu’un partage acheteur-fournisseur strict existe, espérant confier tous les soins directs à des organismes privés. Il n’y est jamais entièrement parvenu – le SEFPO représente toujours les thérapeutes en soins à domicile des CASC qui étaient censés passer dans le secteur privé d’ici à 1998. Le fait que le gouvernement ait placé ces infirmières et infirmiers sous les auspices des CASC est bon signe; on espère en effet que la terrible époque du processus d’appels d’offres du gouvernement Harris touche gentiment à sa fin. Tandis que Deb Matthews avait publiquement annoncé le retour éventuel du processus d’appel d’offres, les membres du SEFPO nous disent que les contrats de l’organisme sont tous en cours de renouvellement.

Fusion de services chirurgicaux à Windsor

Un budget base zéro force de nombreux administrateurs d’hôpital à user de leur créativité pour joindre les deux bouts. À Windsor, la proposition du ministre des Finances Dwight Duncan de construire un méga-hôpital extrêmement cher fait son chemin; mais en attendant, les deux hôpitaux cherchent des options d’intégration qui pourraient leur permettre d’économiser de l’argent. L’Hôpital Hôtel Dieu de Windsor encourage une meilleure coordination entre son service chirurgical et celui de l’Hôpital régional de Windsor. Face à un déficit budgétaire de 700 000 $ pour sa salle d’opération, l’Hôpital Hôtel Dieu espère épargner des coûts en spécialisant les deux hôpitaux encore davantage. L’Hôpital Hôtel Dieu se spécialise actuellement dans les interventions chirurgicales d’urgence et la neurochirurgie, tandis que l’Hôpital régional de Windsor s’occupe de presque toutes les interventions chirurgicales en pédiatrie. David Musyj, le dirigeant de l’Hôpital régional de Windsor, a dit au Windsor Star qu’il restait prudent — inquiet que les problèmes financiers de l’Hôpital Hôtel Dieu mettent encore plus de pression sur ses onze blocs opératoires.

Harper attaque le Conseil des Canadiens

Nos amis du Conseil des Canadiens luttent sans relâche contre les attaques du gouvernement Harper, qui cherche à saper leurs efforts visant à renverser l’élection de sept conservateurs dans les circonscriptions impliquées dans ledit scandale des appels frauduleux. Selon le Ottawa Citizen, les conservateurs fédéraux cherchent à empêcher les actions en justice visant à obtenir de nouvelles élections dans ces circonscriptions. Les conservateurs basent leurs efforts sur une pratique légale ancienne et obscure de « champartie et soutien abusif », que le Ottawa Citizen qualifie de tentative de « se mêler du procès d’un autre pour prendre part aux bénéfices ». Tandis que le Conseil des Canadiens n’a rien à gagner financièrement dans ces actions, les conservateurs font état d’une campagne de financement du Conseil qui mentionne le défi à relever. Bien entendu, les conservateurs n’ont aucun problème avec des organismes de droite, bon nombre avec des fonds américains, qui contribuent aux actions en justice intentées contre des institutions de gauche comme le régime d’assurance-maladie. Ces organismes de droite incluent la Fondation de la constitution canadienne, un groupe d’extrême-droite basé en Alberta, qui a soutenu Lindsay McCreith et Shona Holmes en 2007 dans le cadre de leur cause visant à ouvrir l’Ontario au système de santé privé à deux vitesses. Tandis que personne à la Fondation de la constitution canadienne ne dit d’où leur viennent les fonds, leur site Web mentionne spécifiquement que la fondation possède un statut d’organisme de bienfaisance auprès du ministère américain du revenu. Comme le Conseil des Canadiens, la Fondation de la constitution canadienne met l’affaire McCreith/Holmes dans sa liste d’activités utiles entreprises pour solliciter des dons.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s