100 nouveaux inspecteurs dans les maisons de soins infirmiers permettront-ils de faire pencher la balance?

Et bien, il n’aura pas fallu attendre longtemps.

La semaine dernière, la ministre de la Santé Deb Matthews a dit qu’elle avait demandé à des représentants de lui proposer des solutions sur la façon d’améliorer les inspections dans les foyers de soins de longue durée de la province.

C’est enfin ce que nous voulions entendre après un an de préoccupations à propos du manque de personnel d’inspection dans les maisons de soins infirmiers de la province. Avec le personnel existant, il aurait fallu plus de cinq ans avant que tous les foyers de soins de longue durée de l’Ontario bénéficient d’une inspection détaillée de la qualité de vie des résidents.

Avec plus de 2 000 plaintes et incidents critiques sur lesquels enquêter chaque année, les quelque 80 inspecteurs à l’échelle de la province (environ 65 actifs sur le terrain) ne peuvent pas exécuter le travail proactif détaillé nécessaire dans ces établissements.

Une seule inspection de la qualité de vie des résidents peut mobiliser trois inspecteurs pendant 17 jours.

Ce matin, Matthews a annoncé qu’elle ajoutait 100 nouveaux inspecteurs à l’effectif – portant le nombre total d’inspecteurs à plus du double du complément présent – pour un coût de 12 millions de dollars.

On s’attend à ce que chaque foyer de la province soit soumis à une inspection de la qualité de vie des résidents dès le début de 2014 – et pas seulement en raison d’un nombre élevé de plaintes et incidents critiques.

Alors que nous reconnaissons que cette nouvelle mesure ne fait rien au niveau du personnel au chevet des clients de ces foyers, elle peut toutefois entraîner une réaction en chaîne en améliorant la qualité globale dans le secteur.

Les rapports de ces inspections détaillées, qui sont publics et affichés sur Internet, permettront vraisemblablement de faire ressortir les besoins en matière d’effectif.

Ils encourageront les foyers à organiser davantage d’activités de formation avec leur personnel pour assurer la sécurité des résidents et améliorer la qualité des soins.

Ces rapports peuvent également entraîner la remise en question du placement de certains résidents, qui risquent d’être mieux servis dans des établissements plus spécialisés, tels que dans une maison psychiatrique, par exemple.

Une centaine de nouveaux inspecteurs ne permettront pas de résoudre tous les problèmes, c’est certain, mais ils permettront sans doute d’apporter un changement réel dans le secteur des soins infirmiers de la province.

En tous cas, nous l’espérons.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s