Matthews cherche à améliorer les inspections dans les maisons de soins infirmiers – et si on commençait avec un nombre suffisant d’inspecteurs?

Pendant plus de 30 minutes, un résident du foyer Wexford s’est déchaîné dans les couloirs de l’établissement de soins de longue durée de Scarborough, s’attaquant tout d’abord à une femme avant de quitter son propre étage pour en tuer une autre à l’étage supérieur.

Ce n’est pas la première fois que ce résident était impliqué dans une agression violente à l’intérieur de cet établissement. Un psychiatre avait déjà établi que ce résident était un risque chronique pour autrui et il avait recommandé de le placer dans un foyer de groupe psychiatrique mieux équipé pour gérer son comportement.

En dépit d’un rapport cinglant du ministère sur l’incident, la dernière inspection détaillée effectuée par le ministère de la Santé au Wexford remonte à 2009.

L’année dernière, la ministre de la Santé Deb Matthews avait dit que les maisons qui généraient peu de plaintes ou incidents critiques ne seraient probablement pas soumises à une inspection détaillée et que la nouvelle inspection de la qualité de vie des résidents ne s’appliquerait qu’aux foyers qui enregistraient le plus grand nombre de signaux d’alarme.

Nous avions déjà mentionné que le gouvernement n’avait pas ajouté suffisamment d’inspecteurs pour faire face aux quelque 2 300 plaintes annuelles et inspections critiques et effectuer des inspections de la qualité de vie des résidents proactives en équipe. Une inspection de la qualité de vie des résidents peut prendre jusqu’à 17 jours avec une équipe d’inspecteurs spécialisés.

En fait, au rythme où allaient les choses l’an dernier, le ministère aurait besoin de plus de cinq ans pour faire une telle inspection dans toutes les maisons. C’est beaucoup trop.

Tandis que la Loi sur les soins de longue durée exige une inspection annuelle, le ministère estime qu’une inspection limitée fondée sur une plainte suffit. Et ce, même si on demande expressément aux inspecteurs de se concentrer uniquement sur la plainte. Lorsqu’une maison passe un an sans inspection, on procède à une inspection générale moins détaillée, fondée sur une poignée de critères de base. Cela n’a rien à voir avec une inspection de la qualité de vie des résidents.

Ainsi, lorsque Matthews dit qu’il y a un inspecteur dans chaque maison chaque année, ce n’est pas tout à fait faux. C’est le genre d’inspection qui compte vraiment.

Cette semaine, la question a été abordée à l’Assemblée législative, où Andrea Horwath, chef du NPD, a fait remarquer que 90 pour cent des foyers dans le comté de Windsor-Essex n’avaient jamais été soumis à une inspection complète de la qualité de vie des résidents.

« Il est clair que le gouvernement faille à son devoir de protéger les aînés », a-t-elle dit.

Matthews a reconnu avoir demandé à des fonctionnaires du ministère de lui donner des suggestions sur la façon d’améliorer les inspections dans les foyers de soins de longue durée.

En voici une au cas où ce n’est pas aussi évident qu’on le pense : embaucher assez d’inspecteurs pour faire le travail.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s