Archives de mot-clé : vérificateur général de l’Ontario

Élections 2014 : Toc toc toc… des questions à poser sur les soins de santé

« Toc toc toc.

Qui est là?

Tim? Tim quoi?

Non, Tim Hu-dak. »

Les candidats frappent à votre porte. Des réunions de tous les candidats sont organisées dans chaque circonscription. Vous êtes prêt?

Voici quelques questions que vous voudrez peut-être garder à la porte ou apporter avec vous dans les forums locaux. Veuillez ajouter vos propres suggestions dans le champ de commentaires plus bas. Lire la suite

Jim – c’est vous qui aimez les P3, pas nous

L’honorable Jim Flaherty
Ministre des Finances

Chambre des communes

Édifice du centre – Salle 435-S
Ottawa (Ontario)  K1A 0A6

Cher Jim,

Nous avons compris. Vous aimez les partenariats publics-privés, ou P3, comme on les appelle plus communément. Le gong des grosses sociétés qui se hâtent d’offrir leur argent et de signer des contrats de plusieurs milliards de dollars avec le gouvernement pour financer, construire, entretenir et parfois même exploiter hôpitaux, tribunaux, écoles, ponts et systèmes de transport en commun ne peut que réjouir votre cœur de lutin. Lire la suite

La réalisation par le secteur privé des centres de psychiatrie de la région de London justifiée par une exagération grossière « des niveaux de risques »

L’évaluation de l’optimisation des ressources d’un projet d’infrastructure public-privé s’apparente trop souvent à un attrape-nigaud. On procède à une évaluation de l’optimisation des ressources chaque fois que la province engage le secteur privé pour construire des infrastructures publiques telles que les hôpitaux, les tribunaux ou des installations récréatives. Lire la suite

Bruyère supprime 28 emplois – la pointe de l’iceberg?

Soins continus Bruyère est le tout dernier hôpital à annoncer des réductions pour boucler son budget. Dans le cadre de ses efforts visant à éliminer un déficit de 3,1 millions de dollars, l’hôpital d’Ottawa supprime 28 emplois.

Il n’est pas facile de calculer les recettes publiques cette année. On a dit aux hôpitaux que leurs budgets de base ne seraient pas augmentés. Le gouvernement met également en œuvre une nouvelle formule de financement qui aura un impact négatif sur 36 hôpitaux. Après ça, les RLISS seront invités à faire d’autres retouches. De modestes augmentations seront accordées pour des enveloppes budgétaires comme les initiatives sur les temps d’attente. Bruyère a calculé que l’impact sur le financement net sera une maigre augmentation de 0,2 pour cent. Lire la suite