Archives de mot-clé : maisons de soins infirmiers

À qui vous plaindre? Un nouveau règlement élargit la procédure relative aux plaintes mais ajoute aussi à la confusion

Porter plainte dans un établissement de soins s’est toujours avéré être un processus délicat.

Avant, vos conditions de service laissaient croire que si vous vous plaigniez trop, vous pourriez perdre le service.

Cela n’a peut-être pas nécessairement changé. Un de nos lecteurs nous a récemment fait savoir qu’après s’être plaint de soins à domicile bâclés pour sa femme, les services ont en fait été réduits. Tout à coup, les soins de répit dont ils bénéficiaient ont passé d’une fois par semaine à une fois toutes les deux semaines. La question reste à savoir si une personne pourrait raisonnablement prouver cause et effet dans une telle situation.

Lire la suite

Quelques lits de soins infirmiers libres dans les comtés de Grey et Bruce

De bons soins au bon endroit au bon moment. C’est un objectif raisonnable pour le système des soins de santé, mais les Ontariens sont fréquemment confrontés à des décisions difficiles parce qu’ils ne parviennent à satisfaire qu’une ou deux de ces trois conditions. Lire la suite

Fragiles, souvent âgés et avec nulle part où aller

Personne ne pense qu’un couloir d’hôpital soit une solution à long terme pour les patients qui sortent d’un traitement intensif mais qui sont trop fragiles, médicalement parlant, pour rentrer chez eux sans aide. La question qu’on se pose est la suivante, où sont les ressources appropriées pour ces patients? Les listes d’attente sont longues pour obtenir des soins à domicile publics ou entrer dans une maison de soins infirmiers publique. Il faut parfois attendre jusqu’à sept ans pour entrer dans certaines maisons de soins infirmiers. En outre, le gouvernement cherche actuellement à modifier sa politique de changements afin de durcir encore les plafonds du financement des soins à domicile auxquels une personne a droit – sans exceptions. Lire la suite

Une proposition qui facilite les transferts d’emploi des préposés aux soins de longue durée

Après avoir resserré les règles sur la compétence dans les professions du secteur des soins de longue durée, le ministère de la Santé propose désormais de faciliter légèrement le transfert d’emploi des travailleurs des maisons de soins infirmiers, qui n’auraient plus à satisfaire les normes de compétence établies pour les nouveaux employés en vertu de la récente Loi sur les foyers de soins de longue durée (2007). Lire la suite

Placement dans une maison de soins infirmiers – qui a la plus grande crise?

Plus tôt cette semaine, nous avons examiné le défi des CASC de la gestion du manque parmi trop peu de maisons de soins infirmiers dans la province. Lire la suite

Gérer le manque en ce qui concerne les soins de longue durée

Gérer le manque peut prendre beaucoup de temps.

L’Ontario se bat contre toutes sortes de règlements entourant la gestion de la pénurie de lits de soins de longue durée, essayant de trouver des moyens de satisfaire les objectifs parfois contradictoires de libérer des lits d’hôpitaux, rapprocher des époux, loger des anciens combattants, prioriser le placement des clients en situation de crise et placer les gens sur la liste d’attente compte tenu des résultats de leur évaluation. Lire la suite

Sondage Vector : Les Ontariens sont moins à l’aise de placer un membre de leur famille dans une maison de soins infirmiers

Selon un sondage Vector réalisé en août dernier, les Ontariens sont moins à l’aise à l’idée qu’un membre de leur famille se retrouve dans une maison de soins infirmiers que leurs homologues des autres provinces. Lire la suite

Les foyers de soins à « risques élevés » sont-ils efficaces?

La Colombie-Britannique a un système de classement pour les établissements de soins pour personnes âgées, ou ce que nous appelons ici en Ontario des « maisons de soins de longue durée ». Le classement tient compte des plaintes et incidents critiques signalés et établit si un établissement est à risques faibles, moyens ou élevés. Cette cote de risque détermine le nombre d’inspections auxquelles un établissement doit être soumis. En Colombie-Britannique, un foyer considéré à risques élevés peut s’attendre à une inspection surprise environ tous les trois mois.

En Ontario, Deb Matthews, la ministre de la Santé, préfère fermer les yeux. Lire la suite

L’Ontario a moins d’inspecteurs de foyers de soins que les états américains

L’Ontario réussit mal en comparaison des autres juridictions quand il s’agit de l’inspection de ses 641 foyers de soins.

La semaine dernière, nous avons expliqué pourquoi il était impossible que quelque 70 inspecteurs de foyers de soins puissent enquêter sur près de 6 000 plaintes et incidents critiques tout en conduisant 120 inspections rigoureuses de la qualité de vie des résidents. À ce rythme, il faudra plus de cinq ans pour inspecter rigoureusement chaque maison de soins de longue durée en Ontario. Lire la suite

Tolérance zéro à l’égard du mauvais traitement et de la négligence? Pas vraiment!

La ministre de la Santé Deb Matthews parle de tolérance zéro à l’égard du mauvais traitement et de la négligence des résidents au sein des maisons de soins infirmiers de l’Ontario. Ses actions semblent pourtant suggérer le contraire.

Matthews a récemment déclaré que les foyers de soins de longue durée ne seront désormais inspectés qu’en cas de plainte. Pas de plainte, pas d’inspection!

Ceci en dépit de la Loi de 2007 sur les foyers de soins de longue durée, qui exige une inspection annuelle dans chaque foyer. Lire la suite