Où a passé Linda Knight?

Piquet d'information du SEFPO, le 19 mars dernier, devant les bureaux du CASC de Niagara

Piquet d’information du SEFPO, le 19 mars dernier, devant les bureaux du CASC de Niagara

Lorsque le personnel mécontent de la succursale de Niagara de CarePartners se montra intéressé à joindre un syndicat, Linda Knight, la propriétaire de CarePartners, a sauté sur le téléphone pour appeler chacun et chacune de ses employés. Elle avait promis que les choses iraient mieux et demandé aux travailleurs de première ligne des soins à domicile de lui donner une autre chance avant de joindre un syndicat.

Personne ne sait vraiment quelle est la situation financière de l’entreprise de Madame Knight; CarePartners, entreprise à but lucratif, n’est pas cotée en bourse et n’a par conséquent aucune obligation de dévoiler les détails de ses activités. Il faut aussi dire que les salariés des entreprises à but lucratif qui travaillent avec des fonds publics ne sont pas non plus tenus d’être inscrits au palmarès de la liste des 100 000 $ et plus (la liste « Sunshine »). Nous savons qu’en 2003, le magazine Profit avait classé Linda Knight au 33e rang parmi les 100 femmes propriétaires d’entreprise les plus influentes compte tenu de leur chiffre d’affaires brut. D’après les médias, CarePartners emploierait plus de 500 infirmières, une croissance énorme depuis le lancement, en 1984, d’une petite entreprise à domicile crée par Madame Knight.

Le fait qu’une éminente chef et propriétaire d’entreprise appelle une centaine de ses employés pour les supplier de ne pas s’organiser fut quelque chose d’extraordinaire.

Sa tactique avait porté fruit et les travailleurs lui avaient donné une autre chance d’améliorer les choses.

Mais Linda Knight a manqué à sa promesse.

Tu m’y prends une fois, mais pas deux.

Il y a environ un an et demi, les infirmières et le personnel administratif se sont organisés avec le SEFPO. Madame Knight avait déjà uni ses forces avec la Croix-Rouge pour créer Red Cross Care Partners (RCCP). En dépit de la collaboration de la Croix-Rouge, un organisme à but non lucratif, le nouvel organisme maintenait son statut d’organisme à but lucratif et tous les détails de ses activités demeuraient secrets, malgré qu’il utilise l’argent des contribuables.

En décembre 2013, environ 4 500 préposés aux services de soutien à la personne étaient prêts à faire grève en raison de problèmes similaires à ceux auxquels se heurtent aujourd’hui les infirmières et le personnel administratif de Niagara.

Red Cross Care Partners avait retenu les services de la compagnie Bass and Associates pour négocier pour eux; une des grèves des travailleurs des soins à domicile parmi les plus importantes en Ontario suivit. Cette grève ne fut résolue qu’à la veille de Noël après que les deux parties acceptèrent l’arbitrage exécutoire.

Vingt mois après leur organisation, les travailleurs et travailleuses de Niagara se trouvent une fois de plus face à Bass and Associates à la table de négociation. Cette fois-ci, Linda Knight est l’employeur unique, ayant racheté la part d’intérêts de la Croix-Rouge. L’entreprise est toujours à but lucratif et exerce toujours ses activités dans le plus grand secret.

Linda Knight brille par son absence. Elle n’a pas appelé son personnel cette fois-ci.

CarePartners a traîné les pieds pendant 20 mois, préférant argumenter sur la définition du terme employé occasionnel plutôt que d’établir une relation respectueuse avec ses employés (pour la plupart des femmes), responsables de ses profits. Pour un premier contrat, il y avait eu trop peu de séances de négociation et trop de concessions de l’employeur sur des points qui sont absolument standard dans le secteur. Frustrés, les travailleurs pensaient ne jamais pouvoir conclure d’entente. Un bon nombre d’entre eux ont simplement décidé d’aller travailler ailleurs.

Les temps sont durs pour le personnel des soins à domicile. L’Ontario a mis fin au processus d’appel d’offres coûteux qui contribuait à la baisse des salaires et au départ des travailleurs dans ce secteur. Toutefois, les augmentations du financement provincial ont été utilisées pour augmenter les volumes et pas pour faire face aux autres pressions financières, tels que les salaires.

Récemment, le groupe d’experts mis en place par le ministre de la Santé de l’Ontario, qui s’était réuni pour faire des recommandations sur les soins à domicile et communautaires, a expressément mentionné le besoin de refermer l’écart entre les salaires à travers la province et entre les secteurs de la santé. Il a demandé un plan de ressources humaines pour aborder la pénurie de professionnels et de travailleurs de soutien dans le secteur des soins à domicile et communautaires. Il a également souligné le besoin de transparence, qui fait cruellement défaut.

Cette différence dans les salaires et avantages sociaux se fait certainement sentir par les travailleurs du bureau de Niagara de l’organisme CarePartners. Cet employeur, qui s’attend de ses professionnels qu’ils prennent soin de patients très malades, ne prévoit aucune disposition permettant d’accorder des congés de maladie payés à son personnel.

Linda Knight semble satisfaite de laisser Bass and Associates jouer aux durs à la table.

Nous savons ce qui s’est passé en 2013 et les perturbations que la situation a entraîné pour les bénéficiaires de soins à domicile.

Avec une date de grève imminente, prévue pour le 10 avril, CarePartners s’est soudainement montré quelque peu intéressé à négocier.

Ces travailleurs sont prêts à dresser un piquet de grève. Certains sont mécontents que le délai ait été prolongé pour faciliter l’ajout de dates de négociation, et plus particulièrement avec un vote de grève de 94 %.

Linda Knight joue avec le feu. Elle peut demander à Bass and Associates de conclure une entente, ou elle peut choisir de faire l’objet d’une deuxième grève en un peu plus d’un an.

Avec la province qui envisage de réaménager le système des soins à domicile, elle a meilleur temps de prêter attention. Un organisme qui est incapable de satisfaire à ses contrats risque peu de se voir accorder des faveurs à Queen’s Park.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s