Le nouveau chef du système de santé britannique affirme que la centralisation des services hospitaliers est une erreur

Le gouvernement de l’Ontario s’est fréquemment tourné vers l’Angleterre pour tracer la voie de la réforme des soins de santé.

Des partenariats publics-privés à la « mise en service » de cliniques privées pour fournir des soins publics, le modèle nous a également donné un aperçu des erreurs qui sont sur le point d’être commises ici.

Cette semaine, tandis que l’Hôpital général de la baie Georgienne annonçait la fermeture du minuscule hôpital desservant Penetenguishene, le nouveau chef du Système national de santé (NHS) britannique disait que son pays devrait cesser de fermer les hôpitaux « chalets » et plutôt traiter les patients dans leurs propres communautés.

Le journal anglais The Telegraph écrivait que Simon Stevens avait reconnu que les hôpitaux britanniques sont aujourd’hui parmi les pires de l’Europe occidentale en ce qui concerne les soins des populations locales parce qu’un trop grand nombre de services ont été supprimés et centralisés.

« La plupart des pays d’Europe occidentale ont des hôpitaux qui sont en mesure de servir leurs communautés locales sans que tout soit centralisé. »

Stevens affirme que le Royaume-Uni doit abandonner son idée fixe de « centralisation de masse ».

Le nouveau chef du Système national de santé britannique cite la Suède, qui semble avoir de meilleurs liens entre les soins médicaux et les soins sociaux.

Norman Lamb, le ministre britannique de la Santé, s’est fait l’écho de Stevens, disant aux médias que les petits hôpitaux font partie intégrante de la vision de l’avenir du Système national de santé.

Avant de prendre son nouveau poste, Stevens a servi à des rôles dans le domaine des soins de santé sur trois continents et a également été conseiller en matière de santé pour Tony Blair, alors premier ministre.

Ces commentaires arrivent aussi la même semaine que l’Association des hôpitaux de l’Ontario répète ses exigences en matière de planification des capacités et « d’augmentation agressive » du financement des services communautaires.

Tandis que l’impact sur le personnel devrait être minime, la fermeture de l’Hôpital de Penetanguishene entraîne la disparition supplémentaire de onze lits de soins complexes continus dans le système de la santé. Les résidents de la communauté devront se rendre à Midland l’an prochain pour obtenir des soins. L’hôpital sera complètement fermé en 2016.

L’AHO affirme que l’Ontario a parmi le nombre de lits par habitant le moins élevé dans le monde développé. Sans objectifs de capacité, le gouvernement est fondamentalement sans plan précisant le nombre optimal de lits pour le système.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s