Sans leadership fédéral, nous n’aurons pas de régime public d’assurance-maladie II – Himelfarb

Alex Himelfarb

Alex Himelfarb

Alex Himelfarb comprend mieux que la plupart des gens l’accord décennal sur la santé signé en 2004. Alors qu’on négociait l’accord, Himelfarb était le plus haut fonctionnaire à Ottawa.

L’accord de 41,3 milliards de dollars devait réparer les soins de santé pour toute une génération. Il devait permettre de réduire les temps d’attente, fournir une couverture pour les médicaments d’ordonnance onéreux, se concentrer sur des plans d’action en matière de ressources humaines, instituer une protection au premier dollar pour les soins à domicile, conduire une réforme des soins de santé primaires et augmenter la responsabilisation et la reddition de comptes aux citoyens par l’entremise du Conseil canadien de la santé.

Himelfarb, aujourd’hui directeur de l’École supérieure d’affaires publiques et internationales du campus Glendon de l’Université York, ne conteste pas avoir échoué, mais il affirme que cet échec est en grande partie dû au gouvernement Harper, qui n’a jamais voulu que le plan fonctionne.

« Ils n’ont pas fait tout leur travail, en tant que gouvernement, et puis ils ont déclaré que le programme ne fonctionnait pas », a dit Himelfarb la semaine dernière dans le cadre d’un dîner tenu par les coalitions canadienne et ontarienne de la santé.

Himelfarb et Wendell Potter, ancien cadre américain du domaine des assurances passé dénonciateur, font une tournée du pays pour parler de l’échec de l’accord et des attaques incessantes sur le régime public d’assurance-maladie.

La réponse, selon Himelfarb, n’est pas d’abandonner et de dire que ça ne marche pas; nous devons négocier un meilleur accord – un qui a du mordant.

Tandis que l’accord fut loin de permettre de réparer les soins de santé pour toute une génération, il est arrivé à un moment où les soins de santé étaient en difficulté, avec des coupures importantes des provinces. Une partie de ce réinvestissement devait donc inclure des « fonds de rattrapage ».

L’accord n’a pas non plus réussi à encourager le gouvernement fédéral à financer 25 % des soins de santé, bien que sa part passa à 21 pour cent en 2012. (À l’aube du régime public d’assurance-maladie, les gouvernements fédéral et provinciaux partageaient également les coûts.)

L’échec de l’accord est extrêmement politisé, quelque chose que le gouvernement Harper apprécie sans doute vu qu’il a choisi de jeter son argent sur la table et de tourner le dos au régime.

Selon l’Institut canadien des actuaires et la Société des actuaires, les fonds engagés ne couvriront pas la part du gouvernement fédéral dans l’avenir. Les actuaires affirment que l’offre « à prendre ou à laisser » du fédéral réduira leur part à 14,3 pour cent d’ici 2037.

C’est un affaiblissement long et lent du soutien accordé aux soins de santé publics.

Himelfarb mentionne un rapport du comité sénatorial de mars 2012 sur l’accord, qui nous raconte une histoire différente sur son efficacité.

Le comité a reconnu que les gouvernements avaient, pour la plupart, satisfait à leur obligation d’établir des critères dans quatre des cinq domaines prioritaires et avaient fait état des progrès accomplis.

Les cibles ont résulté en une augmentation des interventions chirurgicales et services d’imagerie diagnostique dans les domaines visés – cancer, cœur, restauration de la vue et arthroplasties. Huit Canadiens sur dix accèdent aux soins dans les échéances fixées, et neuf sur dix accèdent à la radiothérapie dans le délai imparti.

Le plan a permis « d’augmenter de façon importante le nombre de professionnels de la santé », bien que des pénuries persistent, et plus particulièrement dans les communautés rurales et des Premières Nations.

Le comité a constaté que les gouvernements avaient fait des progrès dans l’amélioration de l’accès aux services de soins actifs à domicile, aux services de soins communautaires actifs à domicile en santé mentale et soins de fin de vie.

Certains progrès ont également été effectués au niveau de l’Initiative de viabilité du système de santé des territoires, qui aborde le coût élevé des déplacements liés à la santé et le fardeau des maladies chroniques et des maladies mentales, ainsi que du recrutement et de la conservation des professionnels de la santé.

Même si les progrès de la Stratégie nationale sur les produits pharmaceutiques furent décevants, les résultats étaient mitigés. Certaines juridictions ont mis en route la couverture des médicaments onéreux et le Programme commun d’évaluation des médicaments en a aidé certaines à contrôler les coûts.

En termes de santé publique, le comité a estimé que le plan visant à développer un réseau de santé publique pancanadien avait été réalisé, tout comme l’augmentation des investissements dans la Stratégie nationale d’immunisation.

Le Sénat a rapporté que des investissements importants avaient été faits en recherche sur la santé, lesquels avaient permis des découvertes pour réduire les réactions adverses et les taux de mortalité, ainsi que les coûts à travers les systèmes de la santé.

Il y a peu de doute qu’on aurait fait beaucoup mieux avec un gouvernement proactif à Ottawa.

Le Comité sénatorial fait de nombreuses recommandations qui pourraient former la base d’un nouvel accord, y compris terminer ce que nous avons commencé et aborder les questions qui n’avaient pas été abordées dans le premier accord, y compris celle des déterminants sociaux de la santé.

Au lieu de ça, le gouvernement Harper s’en est lavé les mains.

« Nous n’aurions pas eu le régime public d’assurance-maladie sans le leadership fédéral », a ajouté Himelfarb. « Sans leadership fédéral, nous n’aurons pas le régime public d’assurance-maladie publique II. »

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s