Jim – c’est vous qui aimez les P3, pas nous

L’honorable Jim Flaherty
Ministre des Finances

Chambre des communes

Édifice du centre – Salle 435-S
Ottawa (Ontario)  K1A 0A6

Cher Jim,

Nous avons compris. Vous aimez les partenariats publics-privés, ou P3, comme on les appelle plus communément. Le gong des grosses sociétés qui se hâtent d’offrir leur argent et de signer des contrats de plusieurs milliards de dollars avec le gouvernement pour financer, construire, entretenir et parfois même exploiter hôpitaux, tribunaux, écoles, ponts et systèmes de transport en commun ne peut que réjouir votre cœur de lutin.

Vous avez sans doute l’impression de faire bouger l’argent « mort » des entreprises, n’est-ce pas?

Nous savons que les investisseurs ont peur même de leur propre ombre ces temps-ci; ainsi, les gouvernements doivent leur donner des moyens sûrs de faire de l’argent aux dépens du public.

Qu’en est-il du remboursement? Heu… eh bien, pourquoi ne pas parler de ces « détails » un autre jour? Ma foi, nos enfants utilisent eux aussi ces infrastructures, alors pourquoi ne pas les laisser payer pendant encore une ou deux générations? Et s’ils ne sont pas capables de le faire, leurs enfants y arriveront peut-être! Ou les enfants de leurs enfants. Attendez, là, je commence à avoir la tête qui tourne.

Avec les coûts surgonflés de ces projets, on peut presque entendre le bruit que font ces énormes profits en tombant dans les coffres, même avec nos fenêtres fermées. Et pourtant, nous avons de bonnes fenêtres ici.

Mais pourquoi râlons-nous?

Mardi dernier, vous avez dit à un groupe d’experts que le P3 du Centre de santé mentale Royal Ottawa était un « succès incroyable » et que « les syndicats l’adorent, les infirmières l’adorent, les médecins l’adorent et les patients l’adorent ».

Le Royal Ottawa est un hôpital que nous connaissons bien.

Il est évident que vous n’avez pas lu nos deux rapports détaillant ce que c’était que de déménager dans un édifice encore en construction pour prouver que les P3 peuvent être complétés à temps et dans les limites du budget (un budget déjà excessif).

Ces rapports vous renvoyaient à d’autres lectures de choix. Vous devez en avoir manqué un bout, et plus particulièrement celui qui dit que l’ancien bâtiment était tombé dans le nouveau bâtiment. Oups. Ah ma foi, c’est des choses qui arrivent dira-t-on.

Ou vous avez peut-être manqué le bout qui dit qui paie pour les barbelés installés dans la cour d’exercice après que des patients décidèrent d’aller se promener au centre d’achats local. Oups.

Ces deux premières années se sont avérées passionnantes. Et ça continue! Récemment, nous avons dû intervenir lorsque nous avons constaté que l’opérateur privé voulait refiler le coût d’un diététicien à notre budget clinique. Ne sont-ils donc pas capables de lire leur contrat? Peut-être bien que non. Il est plutôt long et difficile à trouver.

Ce que nous voulons savoir, c’est qu’est-ce qui fait du P3 du Royal Ottawa un succès? La province n’était pas de cet avis vu qu’elle a changé les règles des P3 tout de suite après.

Et le vérificateur général de l’Ontario ne s’est pas montré très enthousiaste face aux calculs étranges utilisés pour justifier l’entente parallèle signée pour construire et exploiter le Centre de santé William Osler.

Jim, désolé, mais nous n’aimons pas ça.

Aucun des syndicats qui ont des membres au Royal Ottawa n’aime le concept.

Quant aux patients, j’ai bien peur qu’ils ne sachent même pas que le Royal Ottawa est un P3, et encore moins qu’ils l’aiment, comme vous dites. Ce n’est pas comme si le Royal Ottawa avait affiché en gros sur sa porte d’entrée son partenariat avec le privé. Personne n’arrive à l’hôpital le matin en s’écriant « j’adore l’odeur d’un hôpital privatisé ».

Et personne ne quitte l’hôpital en pensant aux profits réalisés par les investisseurs ce mois-ci.

Franchement, nous aimerions bien que vous arrêtiez de débiter toutes ces balivernes.

Ce sont des mensonges. Nous n’aimons pas ce P3, pas plus que tous les autres.

Veuillez agréer, Cher Jim, nos meilleures salutations.

Vos amis de Diablogue, au SEFPO

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s