Scarborough : La première et dernière v.-p. de l’Expérience des patients

John Wright, ancien PDG à l’Hôpital de Scarborough (TSH), avait été fier de pouvoir dire à son personnel qu’ils étaient parmi les premiers au Canada à avoir une vice-présidente de l’Expérience des patients. Bien qu’on parle beaucoup de soins axés sur le patient, il semble que l’Hôpital de Scarborough essayaient au moins de joindre le geste à la parole.

Le TSH était peut-être parmi les premiers en Ontario à créer un tel poste. Et maintenant, il est l’un des premiers à l’éliminer.

Une des premières initiatives mises en œuvre par cette vice-présidente fut d’améliorer les repas servis aux patients de l’hôpital. Comme nous l’avons rapporté la semaine dernière, le TSH avait embauché une cuisinière-conseillère et investi dans du nouvel équipement de cuisine afin de pouvoir servir aux patients des aliments frais cultivés localement. Ce projet, comme d’ailleurs la v.-p. qui l’a mis en route, semble en voie de disparaître si l’on se fie à un document de discussion produit par un comité de fusion représentant le TSH et le Système de santé de la vallée de la Rouge.

Les temps sont durs, nous le savons.

Les deux hôpitaux admettent qu’ensemble ils auront besoin de trouver 28 millions de dollars l’an prochain pour faire face à un gel continu de leur financement de base. Ce n’est pas un événement unique, mais plutôt une longue série de restrictions budgétaires intentionnelles. Le montant requis risque d’être encore plus élevé si la fusion entre les deux hôpitaux devient officielle. Une fusion ne permet généralement pas d’économiser. C’est plutôt le contraire qui se produit.

Le TSH a subi de nombreuses critiques au sein de la communauté, qui n’est pas toujours d’accord avec les changements proposés au niveau des services. C’est une des raisons pour lesquelles lorsqu’on parle de fusion on évite de parler de l’endroit où les services seront fournis; toutefois, avec les différents comités de travail qui tentent d’établir ce à quoi un établissement fusionné ou « intégré » pourrait ressembler, il est de plus en plus difficile d’éviter d’en parler.

Les populations concernées par une telle fusion sont particulièrement sensibles. Scarborough est l’une des régions du Grand Toronto les plus diverses d’un point de vue multiculturel. C’est là où de nombreux nouveaux immigrants s’installent; selon le recensement de 2006, 57 % des habitants de la région sont nés à l’étranger. La pauvreté à Toronto se déplace également vers l’est. Huit des 13 quartiers prioritaires de Toronto identifiés par Centraide sont à Scarborough.

La pauvreté est le déterminant social de la santé clé, pourtant, la formule de financement provincial pour ces hôpitaux ne semble pas vraiment reconnaître tout cela.

Tandis que les deux hôpitaux semblent mettre leur plus beau sourire, personne ne croit qu’on parle ici simplement d’améliorer la qualité. Les 28 millions de dollars qui manquent représentent la véritable force motrice; autrement, pourquoi les hôpitaux seraient-ils disposés à laisser tomber une telle initiative en matière de services de restauration?

Il est temps que les deux hôpitaux joignent le geste à la parole en mettant les questions de budget de côté et en impliquant la communauté dans le processus visant à établir la meilleure façon de répondre à leurs besoins de santé courants et futurs.

Chaque analyste en politiques de santé vous dira que la qualité est l’élément le plus rentable d’un système des soins de santé. Ce devrait être le point de départ.

Les hôpitaux devraient être prêts à dresser une liste des besoins de santé de la communauté, puis en établir le coût et la meilleure façon d’y répondre. Ce n’est qu’après qu’ils devraient comparer ces conclusions avec ce que la province est prête à financer. Les décisions de politique publique deviennent beaucoup plus claires dans un tel scénario – quels changements sont axés sur la qualité et quels changements sont entraînés par la décision de couper gentiment les vivres des hôpitaux publics?

Scarborough est un terrain politique riche pour les libéraux de l’Ontario au pouvoir, mais cette base de soutien se détériore. On devrait demander aux députés dans cette région d’expliquer pourquoi la formule de financement provinciale fonctionne contre les besoins élevés des communautés desservies par ces hôpitaux. Ils devraient aussi expliquer comment et où les résidents accéderont aux soins qui sont transférés hors de l’hôpital.

L’hôpital doit s’intégrer dans un plan qui permettra de répondre aux déterminants sociaux de la santé dans cette communauté. Et ce plan doit tenir compte des inégalités de revenu et de la pauvreté croissante.

Le gouvernement Wynne veut fournir les services dans la communauté; c’est bien, mais qu’est-ce que ça veut dire? Lorsqu’on ferme des cliniques de soins ambulatoires à l’hôpital, les remplace-t-on vraiment? Les nouveaux emplacements sont-ils accessibles aux patients qui n’ont pas de moyen de transport? A-t-on pensé aux personnes qui ont deux ou trois emplois et peu de temps à consacrer à la recherche d’un endroit plus isolé pour obtenir les mêmes soins? Ces cliniques communautaires risquent-elles davantage d’imposer des frais d’utilisation pour leurs services ou une partie de ceux-ci? Ces plus petites cliniques communautaires auront-elles les ressources nécessaires pour s’occuper des questions de langues et de cultures?

Nous savons que les revenus réels sont également en baisse dans cette communauté. De nombreux résidents de Scarborough travaillent dans ces hôpitaux. Les hôpitaux sont parmi les employeurs les plus importants et les meilleurs au sein de la communauté. Que signifie la perte de ces bons emplois pour l’économie locale des quartiers proches? Qu’arrive-t-il aux salaires et prestations lorsque ces emplois sont transférés dans des organismes communautaires plus petits?

Nous vous invitons à poser ce genre de questions dans le cadre des deux télétribunes que conduiront bientôt le TSH et le Système de santé de la vallée de la Rouge. Vous devez vous inscrire à l’avance (cliquez ici). Les télétribunes auront lieu le 24 septembre à 19 h 10 et le 8 octobre à 19 h 05. Nous y serons nous aussi pour faire rapport de ce que nous entendons.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s