Aglukkaq pourrait tout aussi bien parler de chatons et de lave-autos

Nous avons déjà souligné à plusieurs reprises l’absence de la ministre fédérale de la Santé Leona Aglukkaq lorsqu’il s’agit de répondre aux demandes des médias concernant les questions relevant de son ministère.

Sa performance au Parlement constitue certainement un bon début d’explication.

L’absence d’un nouvel accord fédéral-provincial sur la santé soulève beaucoup de discussions au sujet du rôle que devrait tenir le gouvernement fédéral.

L’accord décennal de 2004 définissait plusieurs objectifs nationaux que les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux s’étaient engagés à atteindre, notamment en ce qui concerne la réduction des temps d’attente.

Il est donc compréhensible que les membres de l’opposition posent des questions quand le Conseil canadien de la santé – qui a été mis en place pour superviser l’accord – commence à sonner l’alarme sur la dégradation des progrès en matière de réduction des temps d’attente.

Répondant à une question de Libby Davies, la porte-parole NDP de la santé, Mme Aglukkaq a déclaré laconiquement que le véritable problème était plutôt celui de deux députés québécois du NPD qui ont des difficultés à payer leurs impôts.

«Notre gouvernement fait des investissements record dans le domaine de la santé, y compris les nouvelles initiatives touchant les dossiers électroniques de santé que j’ai annoncées il y a quelques temps », a déclaré la ministre Aglukkaq au Parlement. « Des investissements effectués grâce aux Canadiens qui paient leurs impôts. Quand des députés du caucus néo-démocrate ne paient pas leurs impôts, ils soustraient de l’argent à des services importants pour les Canadiens, comme les soins de santé. Il est déjà assez regrettable qu’ils votent contre les investissements en santé, mais nous savons maintenant que certains députés de leur caucus ne paient même pas leur juste part d’impôts. »

Madame Aglukkaq aurait parlé de chatons et de lave-autos que sa réponse n’aurait pas été moins incongrue.

Que Mme Aglukkaq préfère marquer des points au niveau politique plutôt que de répondre à une question légitime au sujet du rôle du gouvernement fédéral est une gifle aux Canadiens qui s’inquiètent chaque jour un peu plus de savoir s’ils pourront recevoir des soins en temps opportun.

Il est bien dommage que Steve Outhouse, le porte-parole de la ministre, ne puisse pas siéger à sa place au Parlement. Nous pourrions au moins glaner quelques informations cohérentes sur les grandes questions de l’heure.

Vous en avez assez de toute cette absurdité? Plusieurs groupes organisent leurs propres sommet et rassemblement à Niagara-on-the-Lake les 24 et 25 juillet prochains. La cité touristique de l’Ontario sera l’hôte de la dernière rencontre des premiers ministres provinciaux et territoriaux avant l’expiration de l’accord de 2004 sur la santé. Durant ces deux jours, il y aura des ateliers et des tables rondes pour aborder les questions que Mme Aglukkaq préfère éviter. L’événement s’achèvera à 11 h, le 25 juillet, par un rassemblement là où se rencontrent les premiers ministres provinciaux et territoriaux.

Si vous croyez que le Canada mérite une stratégie nationale sur la santé, rejoignez-nous là-bas!

Vous avez aimé cet article? Partagez-le! Vous souhaitez faire quelque chose? Consultez notre calendrier dans la colonne de droite.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s