Le plan avorté de Sudbury comptait sur la participation financière des patients ANS

Le gouvernement de l’Ontario a toujours maintenu qu’il serait beaucoup moins cher de renvoyer de l’hôpital les patients ayant besoin d’un autre niveau de soins que de les garder dans un lit d’hôpital coûteux après leur traitement de courte durée.

La question qu’on se pose est la suivante : moins cher pour qui?

Cette semaine, une proposition de mise en place d’une unité de convalescence de 25 lits dans une maison de retraite de Sudbury est tombée à l’eau après qu’Horizon Santé-Nord (l’ancien hôpital de Sudbury) ait appris que les normes relatives aux soins de convalescence s’appliquent également aux unités de convalescence. Voyez-vous ça?

En appliquant ces normes, l’unité de convalescence coûterait en fait 1,4 million de dollars – de l’argent que l’hôpital affirme ne pas avoir.

Selon Northern Life, Dave McNeil, vice-président des services cliniques d’Horizon Santé-Nord, aurait dit au journal qu’on s’attendait à des frais d’exploitation annuels de 300 000 $ à 800 000 $ pour l’unité, dépendamment de l’aptitude des patients à contribuer financièrement à leurs soins.

Si l’on comprend bien, ils envisageaient de demander aux patients de prendre en charge quelque 500 000 $ de la note pour des soins clairement inférieurs aux normes. En supposant que les 25 lits soient occupés 365 jours par année, ce montant correspondrait à un prélèvement individuel d’environ 55 $ par jour. Un séjour de deux semaines coûterait donc quelque 770 $, sans les extras.

De leur côté, les soins des patients médicalement incapables de quitter l’hôpital continueraient d’être entièrement couverts par notre régime d’assurance-maladie et garantis en vertu de la Loi canadienne sur la santé.

L’autre question qu’on se pose est la suivante : quel genre de soins recevraient-ils s’ils ne répondaient pas aux normes?

En 2009, le Bureau du coroner en chef a émis un avertissement à l’Association des hôpitaux de l’Ontario (AHO) mettant en garde les hôpitaux relativement au transfert des patients présentant une affection aiguë dans une maison de retraite. Enquêtant sur la mort d’un patient ANS qui avait été placé dans une maison de retraite non réglementée, le coroner en chef a écrit: « on devrait rappeler aux professionnels des soins de santé que les patients âgés fragiles entièrement dépendants du point de vue fonctionnel et qui ont des besoins importants en matière de soins ne sont pas de bons candidats aux placements dans des maisons de retraite privées ».

Dans sa hâte de se débarrasser des patients, l’hôpital a commodément négligé l’ensemble de normes courant.

McNeil dit maintenant aux médias qu’il aimerait que le public l’aide à prendre une décision pour l’avenir.

L’avortement de ce plan montre clairement que l’hôpital songeait avant tout à ses propres besoins.

Horizon Santé-Nord pourrait être beaucoup plus efficace s’il examinait le problème sous un autre angle. Étonnamment, des soins de qualité sont généralement les soins les plus efficaces.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s