L’Hôpital Grand River perd quatre psychiatres

Dans The Importance of Being Earnest, Lady Bracknell, un personnage d’Oscar Wilde, a dit : « perdre un parent peut être considéré comme un malheur, perdre les deux semble plutôt être de la négligence » (adaptation libre) » Peut-0n dire la même chose avec les psychiatres?

Les habitants de la région de Kitchener qui ont besoin de soins psychiatriques pour leurs enfants risquent bel et bien de se mettre à citer Oscar Wilde.

L’Hôpital Grand River a perdu pas un, pas deux, mais quatre psychiatres récemment, réservant ainsi aux cas les plus graves les soins psychiatriques en clinique externe aux enfants et adolescents. Selon une source en ligne, cet hôpital aurait également perdu deux gestionnaires cliniques.

Habituellement, pour découvrir les raisons de pareil exode, il suffit de porter notre regard sur le personnel de gestion de l’établissement, mais l’Hôpital Grand River prétend que les médecins quittent pour des raisons personnelles.

Un porte-parole de l’hôpital nous dit qu’un des médecins s’en va pour se rapprocher de sa famille, un autre pour poursuivre d’autres débouchés professionnels et un troisième pour élargir une pratique communautaire. En tout, Grand River compte 16 psychiatres dans son personnel (pas tous à temps plein), dont certains doivent parfois « passer » à l’unité des enfants.

Une pétition en ligne laisse croire que les raisons ont davantage à faire avec l’hôpital et accuse Grand River de démantèlement des programmes de santé mentale pour enfants et adolescents en clinique externe. La pétition a déjà atteint 1 000 signatures sur change.org.

Radio Canada parlait récemment d’une famille dont le fils de 13 ans est atteint du syndrome de tourette. En octobre dernier, ils ont appris que leur psychiatre quittait l’hôpital et qu’on leur en attribuerait un autre; et voilà que ce dernier s’en va lui aussi.

L’hôpital affirme faire de son mieux pour recruter du personnel de remplacement, ainsi que pour trouver d’autres médecins au sein de la communauté.

Selon l’hôpital, le problème est dû en partie à la pénurie nationale de psychiatres.

Contrairement aux autres coupures dans les hôpitaux ces dernières semaines, Grand River insiste pour dire que ce n’est pas une question d’argent.

Le Réseau local d’intégration des services de santé a dit aux médias qu’ils évaluaient le risque des récentes coupures à l’origine du départ des psychiatres. Ils ont demandé à l’hôpital de soumettre un rapport d’ici à la fin de la semaine.

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s