Le Conseil de la santé de Toronto demande l’abolition du délai d’admissibilité à l’assurance-santé de l’Ontario

Suite aux recommandations du médecin conseil en santé publique de la ville, le Conseil de la santé de Toronto demande au gouvernement de l’Ontario d’éliminer le délai d’admissibilité de trois mois à l’assurance-santé de l’Ontario pour les nouveaux résidents et d’améliorer l’accès aux soins pour les résidents de la ville qui n’ont actuellement pas d’assurance maladie.

Le délai réglementaire de trois mois est particulièrement sévère pour les nouveaux immigrants ayant un statut de résidence permanente et pour ceux qui reviennent au Canada après avoir vécu à l’étranger.

Tandis que certains organismes et professionnels de la santé offrent des soins limités à la population non assurée, un rapport du personnel municipal fait remarquer que la demande est largement supérieure à l’offre.

Parmi les autres personnes qui ne sont pas couvertes par l’assurance-santé de l’Ontario (le RAMO), notons celles qui ont perdu leurs papiers d’identité, certains réfugiés, les détenteurs de visas temporaires et les résidents ne disposant d’aucun papier d’identité.

Même si certains de ces non assurés sont en mesure de payer des primes d’assurance maladie privée onéreuses, bon nombre de ces régimes ont des conditions d’admissibilité strictes ou excluent certaines affections, nous dit un rapport du médecin conseil en santé publique.

« Il arrive souvent que les personnes non assurées n’aillent chez le médecin qu’une fois que leur état est grave et nécessite une intervention d’urgence et/ou une hospitalisation. C’est coûteux pour le système de la santé », ajoute le rapport.

Dans ses recommandations, le médecin conseil en santé publique inclut :
 – le financement des services de soins de santé essentiels pour les enfants et les jeunes non assurés;
– permettre aux centres de santé communautaires d’utiliser les fonds provinciaux spéciaux pour les résidents non assurés;
– financer les cliniques de soins primaires pour couvrir les non assurés;
– prévoir des installations de soins de santé où le statut d’immigration n’est pas signalé aux autorités fédérales.

Le Conseil de la santé de Toronto appuie également une demande au gouvernement fédéral de revenir sur les récentes réductions introduites dans le Programme fédéral de santé intérimaire pour les réfugiés.

Le groupe d’intervention communautaire HealthForAll estime que les recommandations du Conseil de la santé de Toronto sont un grand pas en avant.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s