30 millions de dollars retournent dans les livres des hôpitaux

À la réunion du RLISS du Centre Est plus tôt cette semaine, on a demandé à l’Hôpital de Scarborough de considérer les 2 millions de dollars qu’il s’attendait de recevoir de Plexxus comme une « créance irrécouvrable ».

Plexxus est une entreprise à but non lucratif qui appartient à 11 hôpitaux du Grand Toronto, dont l’Hôpital de Scarborough. Société d’achats en groupe, Plexxus joue la carte du volume pour négocier de meilleurs prix sur les biens et services utilisés par ces hôpitaux. Un grand nombre des personnes qui s’occupent des achats pour Plexxus sont des employés de ces onze hôpitaux, certains membres du SEFPO.

Membre de ce groupe, on se demande comment l’Hôpital de Scarborough pourrait radier une dette qu’il se doit à lui-même? Et ce, encore plus particulièrement lorsque les décisions sur la façon dont cet argent a été dépensé viennent du groupe d’hôpitaux.

David Yundt, président et PDG de Plexxus, a dit préférer ne pas appeler cela une créance irrécouvrable, ce qui laisserait penser que Plexxus ne rembourse pas ce qu’il doit à ses hôpitaux membres.

La réalité est que les projets de Plexxus sont généralement financés par les hôpitaux vu que Plexxus n’a aucun bien qui lui permettrait d’emprunter.

Avant ça, les hôpitaux payaient essentiellement le prix de détail pour les biens et services qu’ils acquéraient par l’entremise de Plexxus, et à la fin de l’année, ils recevaient une remise basée sur le prix réel que Plexxus avait été en mesure de négocier. De cette remise seraient bien sûr déduits les frais engagés par Plexxus, dont le financement des projets spéciaux.

Depuis le 1er avril dernier, les hôpitaux bénéficient d’un modèle opérationnel moins compliqué – un modèle selon lequel les biens et services leur sont vendus au coût que Plexxus négocie pour eux. En retour, les hôpitaux paient un droit annuel fixe pour garder Plexxus en vie.

Les coûts du transfert au nouveau modèle opérationnel, tels que pour les modifications à apporter aux systèmes de TI, ont bien entendu dû être transférés aux hôpitaux membres. Ces coûts de TI devaient ensuite être récupérés dans les remises. Sans ces remises, 30 millions de dollars en coûts de TI devront être versés dans la colonne débit des livres des hôpitaux.

Selon le site Web de Plexxus, l’an dernier, les hôpitaux avaient bénéficié du retour d’économies de 8,8 millions de dollars. Yundt dit que les économies cette année pourraient être aussi élevées que 25 millions de dollars. Avec le gel du financement provincial, les hôpitaux se réjouissent de tout ce qu’ils peuvent tirer de leur entente avec Plexxus.

Pour l’Hôpital de Scarborough, qui a un déficit de 17 millions de dollars, le RLISS espère pouvoir amortir ces 2 millions de dollars sur plusieurs années. Si le modèle opérationnel était resté le même, ce montant aurait normalement été compris dans les remises.

Les membres de Plexxus incluent : l’Hôpital de réadaptation pour enfants Holland Bloorview, le Centre de santé Lakeridge, l’Hôpital Mount Sinaï, l’Hôpital général de North York, le Système de santé de la vallée de la Rouge, le Centre de santé St-Joseph, l’Hôpital de Scarborough, le Centre Sunnybrook des sciences de la santé, l’Hôpital général de Toronto Est, le Réseau universitaire de santé et le Women’s College Hospital.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s