Dans certains pays, la « Sunshine List » dévoile le salaire de tous les contribuables

 « S’il existe un article moins inutile que celui qui couvre la « Sunshine List » (liste des fonctionnaire qui gagnent 100 000 $ et plus), je ne l’ai pas lu. » (traduction libre) – Tweet d’Adam Radwanski, chroniqueur au Globe and Mail

Radwanski n’a pas toujours été de cet avis. En 2010, il disait que la divulgation des traitements avait pour effet de faire augmenter les salaires vu que les hauts fonctionnaires pouvaient désormais comparer leur salaire à celui de leurs homologues. La divulgation permettait aussi au personnel de première ligne d’observer le fossé grandissant entre leur salaire et le traitement des hauts fonctionnaires.

Soyons honnêtes. Nous voulons tous jeter un coup d’œil à cette liste. Nos articles sur la liste des 100 000 $ et plus sont toujours très populaires. Cliquez ici pour voir le rapport de cette année.

Mais pourquoi s’arrêter là? Autant que les médias de droite se hâtent de rendre un jugement, personne ne demande comment ces salaires se comparent aux traitements du secteur privé? Sans contexte, une bonne partie de cette liste est, comme l’affirme Radwanski, inutile.

Et la liste ne nous dit pas non plus comment cet argent a été gagné. Était-ce le résultat de nombreuses heures supplémentaires? A-t-on inclus les indemnités de départ? Le traitement est-il inférieur à ce qu’il devrait être parce que le cadre a commencé son emploi au milieu de l’année? Et qu’en est-il des avantages non imposables?

Dans une année où un grand nombre de travailleurs du secteur public ont perdu leur emploi, il se pourrait que les indemnités de fin d’emploi aient l’effet pervers de placer un plus grand nombre de personnes sur la liste.

Tandis que le fait de vouloir connaître le salaire de son voisin peut être qualifié d’atteinte à la vie privée, les travailleurs du secteur public devraient riposter en exigeant qu’on leur montre le nôtre!

C’est exactement ce qui s’est passé en Norvège, où on trouve la déclaration d’impôts de tous les contribuables en ligne. En Suède, on limite l’affichage aux revenus moyens et élevés dans les secteurs privé et public.

L’Italie a également connu un bref moment où on pouvait jeter un coup d’œil sur le salaire de son voisin. Selon le Gallup Business Journal, en 2005, Romano Prodi, premier ministre italien sortant, avait publié la déclaration d’impôts de tous les contribuables. Selon le journal, « les Italiens avaient à la fois été horrifiés que leurs propres données soient révélées et curieux de savoir ce que les personnes riches et célèbres, et leurs voisins, gagnaient – ou au moins ce qu’elles disaient gagner dans un système connu pour ses pratiques d’évasion fiscale effrénées ». Gallup rapporte que le site Web avait reçu la visite de nombreux curieux avant que l’indignation publique ne mette fin à cette publication.

Quant à nous, dans le monde syndical, grâce à une législation fédérale sur la divulgation, nos propres salaires seront bientôt rendus publics. Et ce même si, techniquement parlant, nous appartenons au secteur privé. Vos impôts ne paient pas nos salaires – nous sommes financés par les cotisations de nos membres (et avant que quelqu’un insiste pour dire que les travailleurs du secteur public sont payés par les impôts, dont une partie nous est ensuite versée, ce que les travailleurs du secteur public dépensent en véhicules, maisons et épicerie ne serait pas considéré comme de l’argent du contribuable non plus).

Nous devons vous montrer le nôtre. Pourquoi pas vous?

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s