Le livre blanc de Hudak sur la santé mentale ignore les stratégies nationale et provinciale existantes

Au début de la semaine dernière, on nous a dit que les conservateurs de Tim Hudak publieraient un livre blanc sur la santé mentale le jeudi suivant.

Tandis que ce livre blanc n’était toujours pas affiché sur le site Web du PC vendredi dernier, les médias ont laissé entendre que le livre concernait principalement l’amélioration de l’accès aux services pour les enfants et les jeunes.

Mais attendez… n’est-ce pas exactement ce dont Deb Matthews s’occupe?

Les gros titres ont jusqu’à maintenant parlé d’un faible pourcentage d’enfants qui sont traités à l’étranger, pour un montant d’environ 5 millions de dollars sur un budget afférent à la santé de 47 milliards de dollars. En fait, le nombre de traitements dispensés hors de la province a diminué ces dernières années, avec Matthews et ses prédécesseurs au ministère de la Santé qui ont rapatrié un certain nombre de services de santé en Ontario et augmenté l’accès local aux chirurgies bariatriques.

Ce n’est pas comme si nous n’avions pas déjà reçu de bons conseils en ce qui concerne la direction des services de santé mentale.

Après avoir attendu des années pour la stratégie sur la santé mentale de 10 ans de la province, on nous a entourloupés avec un plan de trois ans sur la santé mentale des enfants et des jeunes.

Est-ce que tout le monde, y compris la députée provinciale Christine Elliott, a oublié que les trois partis avaient signé le rapport d’un comité multipartite spécial en 2010 qui recommandait un certain nombre de mesures, dont la création de Santé mentale Ontario, une sorte de clone d’Action cancer Ontario, mais pour la coordination et l’accès aux soins de santé mentale. Ce rapport demandait également une évaluation du panier complet de services de santé mentale dans chaque région.

Avons-nous donc tous et toutes oublié que juste l’an dernier, la Commission de la santé mentale du Canada a enfin publié sa propre stratégie sur la santé mentale, laquelle demandait, entre autres, une augmentation du taux de financement accordé à la santé mentale?

Les enfants et les jeunes deviennent un jour des adultes et même si nous savons que le dépistage et le traitement précoces sont de bonnes choses, la réalité est que les services de santé mentale pour adultes sont encore très déficients dans cette province.

Nous avons mentionné la semaine dernière que l’Hôpital psychiatrique de Kingston perdrait 60 lits une fois fusionné avec l’hôpital St. Marys Of The Lake. Tandis que des lits du Centre psychiatrique régional de London/St. Thomas ont été redistribués, il reste toujours que 70 lits viendront à disparaître une fois que les nouvelles installations de rechange sous contrôle privé ouvriront leurs portes en 2014-2015.

Tandis que la province aime parler du transfert des services dans la communauté, il reste bien des exemples où ces services sont menacés de disparaître. La dernière bataille est de garder ouverte la clinique d’aide juridique communautaire de l’Ouest de Toronto. Cette clinique est mieux connue pour s’occuper de problèmes juridiques et de questions d’aide au logement et de soutien en santé mentale, tout particulièrement dans la collectivité des sans-abri de Toronto (vous trouverez une pétition à ce propos sur le site Web du SEFPO– en anglais seulement). La clinique se met au service de 1 500 personnes sans abri chaque année. Aide juridique Ontario menace d’arrêter de financer la clinique à la fin de l’exercice courant (31 mars).

Deb Matthews, notre ministre de la santé, a dû sourire en lisant le livre blanc des conservateurs sur la santé mentale. La semaine dernière, elle a déclaré à la Presse canadienne que son ministère faisait déjà « tout » ce que les conservateurs réclament dans leur livre blanc.

Tandis que les conservateurs ne se sont pas gênés d’emprunter certaines des recommandations souvent contradictoires de Don Drummond, on ne peut s’empêcher de se demander pourquoi ils n’ont pas pris la peine d’examiner le rapport du comité multipartite qu’ils ont appuyé il y a à peine un peu plus de deux ans pour s’inspirer dans l’élaboration de leur politique ou la stratégie présentée sous l’égide de leurs cousins du fédéral.

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s