Serait-ce le moment pour les RLISS de renverser la perception du public?

Les travailleurs ont longtemps douté de la valeur des Réseaux locaux d’intégration des services de santé. Dès le départ, on imaginait que les RLISS serviraient à distancer le gouvernement d’une prise de décisions impopulaire et à déstabiliser le secteur de la santé en poursuivant des intégrations multiples.

Avec le gouvernement en plein mode d’austérité, c’est peut-être l’occasion pour les RLISS de gagner des points avec les travailleurs.

L’affirmation du gouvernement que les coupures dans les hôpitaux font partie d’un processus de restructuration et rien d’autre est en jeu. Avec un gel du financement de base dans les hôpitaux et aucun secteur apparemment là pour prendre la relève, il semblerait y avoir un fossé de crédibilité entre le discours et la réalité. Lorsque les soins à domicile remportent le gros prix cette année avec une augmentation de quatre pour cent – environ 0,8 pour cent si on exclut l’impact de la croissance démographique, le vieillissement et l’inflation – on commence à se poser des questions.

Toutefois, lorsque le gouvernement a introduit la Loi sur l’intégration du système de santé local, les travailleurs se sont battus avec vigueur pour obtenir des protections et pour la divulgation, de façon que la restructuration ne devienne pas simplement un exercice d’acharnement sur la rémunération des travailleurs.

À titre d’entités régionales de planification des services de santé, les RLISS devraient activement insister auprès des hôpitaux qu’ils n’éliminent pas et ne transfèrent pas furtivement des services sans passer avant tout par le processus d’intégration. Dans le cadre de ce processus, le fournisseur qui transfère les services, tel qu’un hôpital public, doit dresser un plan pour identifier où ces services vont, quels seront les coûts d’un tel transfert et quel sera l’impact sur l’accès aux soins. Pendant l’intégration, le fournisseur de soins de santé doit aussi soumettre un plan de ressources humaines et démontrer qu’il a organisé des consultations entre les parties intéressées. En vertu de la LISSL, lorsque le travail est transféré, les droits des travailleurs actuellement rattachés à ce travail le sont eux aussi.

Si nous examinons les récentes annonces d’hôpitaux à Ottawa, Perth et Smith Falls, on parle de transfert mais tout ce que nous voyons, ce sont des coupures.

Les RLISS devraient ouvrir ce processus pour assurer que les services ne sont pas simplement jetés dans le vide.

Si les RLISS veulent gagner en crédibilité avec les travailleurs et leurs communautés régionales, ils doivent en faire plus que simplement approuver les plans de restructuration des hôpitaux; ils doivent assurer que la loi est respectée et que les transferts se font de façon planifiée, ouverte et transparente.

Ce pourrait être le moment idéal pour eux de le faire. La question reste à savoir s’ils saisiront l’occasion?

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s