La série télévisée à succès nous rappelle la raison d’être de notre système de santé public

Il y a plusieurs années, Tom Juravich, musicien et défenseur du travail, nous rappelait que la culture populaire peut nous aider à comprendre une question beaucoup plus facilement que n’importe quel discours politique traditionnel.

Les commentaires de Tom me sont revenus à l’esprit avec la nouvelle série de la BBC intitulée Call The Midwife. Cette série en six épisodes a récemment été mise en vente sur DVD et BluRay au Canada.

Basée sur les mémoires de 2002 de feu Jennifer Worth, Call The Midwife nous parle d’un groupe de sage-femmes qui travaillent dans un milieu d’extrême pauvreté et de ruines dans le quartier est de Londres à la fin des années cinquante. Cette émission nous rappelle sans cesse que sans le Service de santé national du Royaume-Uni (NHS), la vie de ces femmes et de ces enfants serait en grave péril.

Tandis qu’aucun producteur hollywoodien n’aurait sans doute approuvé un tel scénario, le succès de cette série au Royaume-Uni a encouragé un spécial de Noël et même une deuxième saison. Était-ce tous ces bébés? Plus de neuf millions de personnes ont regardé le dernier épisode en Angleterre – plus que l’autre fameuse série intitulée Downtown Abbey.

Comme un critique l’a dit : « Call The Midwife célèbre ouvertement la naissance du NHS. Tout à coup, il était possible d’avoir une canne et des lunettes, et les plus pauvres pouvaient consulter un médecin. C’était comme un miracle. »

Le film ne craint pas d’aborder les lacunes semble-t-il, tandis que nous suivons la relation entre une sage-femme du nom de Jenny Lee et un homme âgé qui se fait expulser de son domicile et qui finit par perdre ses deux jambes en raison de l’absence de soins médicaux dans un établissement de soins de longue durée minable et débordé.

La série n’a pas non plus hésité à s’attaquer aux problèmes relatifs à la santé mentale, au vieillissement, à l’avortement, aux différentes classes, et même à l’inceste.

Il n’est pas étonnant qu’après la diffusion de cette émission par PBS au sud de nos frontières, les critiques américains aient rapidement suggéré que l’émission est plus qu’un simple divertissement. Au Royaume-Uni, où le système public est aussi attaqué, une telle émission n’aurait pas pu mieux tomber.

Au Canada, plusieurs générations ont grandi sans savoir ce à quoi leur vie pourrait ressembler sans un régime public d’assurance-maladie.

Call The Midwife permet de faire lumière sur le débat, même si les expériences sont vécues au Royaume-Uni. Il est possible qu’un producteur canadien zélé s’intéresse à la popularité remarquable de cette série pour promouvoir une émission semblable ici même, au Canada, qui examinerait la naissance de notre propre régime d’assurance-maladie public. Même si nous le critiquons constamment, il est clair que sans lui, comme l’illustre Call The Midwife, notre situation serait bien pire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s