Campagne : Health4All demande à l’Ontario de suivre l’exemple des autres provinces et de protéger la santé des réfugiés

Même Brad Wall, le premier ministre de droite de la Saskatchewan, pense que c’est faux.

Les récentes coupures au Programme fédéral de santé intérimaire pour réfugiés ont entraîné une avalanche de critiques  de la communauté médicale et des politiciens provinciaux de tout le Canada.

Bien que Jason Kenney, le ministre de l’Immigration, défende de telles coupures, indiquant que les réfugiés exclus recevront les soins essentiels, un homme s’est vu refuser une chimiothérapie en Saskatchewan en vertu des nouveaux règlements et les médecins disent que beaucoup d’autres se voient refuser des soins.

Le gouvernement de la Saskatchewan est intervenu et a payé pour la chimiothérapie que le gouvernement fédéral avait refusé de prendre en charge. Wall a dit au National Post que « c’est incroyable que certaines décisions prises au fédéral aient un tel impact sur des gens qui, de toute évidence, sont extrêmement vulnérables, des réfugiés qui manifestement ont fui quelque chose de terrible dans leur pays; après tout, c’est pour cela qu’ils sont réfugiés ».

La Saskatchewan n’est pas la seule. Le Québec est aussi intervenu, et le Manitoba a dit qu’il en ferait autant et qu’il enverrait la note au gouvernement fédéral.

Tandis que Deb Matthews, la ministre de la Santé de l’Ontario, a critiqué les coupures, elle ne s’est pas encore engagée à aider les réfugiés privés de leurs droits ici en Ontario.

Ce n’est pas comme si les économies étaient énormes. Kenney nous dit qu’une telle mesure épargnerait 100 millions de dollars sur cinq ans au gouvernement fédéral, soit 20 millions de dollars par année. Comparativement, le gouvernement est disposé à dépenser 9,5 milliards de dollars pour de nouvelles prisons, avec une augmentation annuelle de 618 millions de dollars par année pour les exploiter et les entretenir.

Même si l’Ontario prenait en charge la moitié de cette note de 20 millions de dollars, cela ne serait que 10 millions de dollars sur un budget annuel de la santé de 47 milliards de dollars. Ce n’est guère suffisant pour empêcher qui que ce soit de dormir la nuit.

Le groupe militant sur les soins de santé Health4All organise une campagne pour encourager le gouvernement de l’Ontario à intervenir.

Cette campagne comprend une manifestation devant les bureaux du ministère de la Santé, au centre ville de Toronto (900, rue Bay), le mercredi 23 janvier à 11 h 30.

L’organisme demande aussi aux militants de communiquer avec les candidats à la succession de Dalton McGuinty, le premier ministre de l’Ontario, dans le cadre de ce qu’ils appellent leurs « mercredis d’action ».

Le groupe a également affiché une pétition ici.

Pour plus d’information, visitez http://health4all.ca/.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s