Sondage Vector : La plupart des Ontariens pensent que le gouvernement McGuinty fait mal son travail en ce qui concerne les priorités sanitaires majeures

Deb Matthews aimerait peut-être se montrer davantage.

Nous avons déjà fait remarquer que la ministre de la Santé de l’Ontario faisait beaucoup moins de discours publics que ses prédécesseurs. Les archives en ligne des discours de la ministre montrent deux discours pour cette année et un pour l’an dernier. Cinq communiqués de presse ont été publiés cet été (de juin à août), la plupart des alertes de base, telles que celle rappelant aux Ontariens de se protéger contre le virus du Nil occidental.

Pour un gouvernement résolu à transformer radicalement le système des soins de santé, il ne semble pas sortir grand-chose du bureau de la ministre. Et ça se voit dans un récent sondage concernant le plan d’action provincial tant attendu sur les soins de santé.

Quand elle a créé les Réseaux locaux d’intégration des services de santé, la province avait été chargée du développement d’une stratégie globale en matière de santé. Cette stratégie devait être à la base des propres plans de services de santé des RLISS.

En janvier cette année, soit six ans plus tard, Matthews annonçait enfin que la province avait une stratégie, un mince document de 16 pages avec quatre objectifs principaux – un accès amélioré aux médecins de famille et infirmières praticiennes, la prévention des maladies, déplacer les fonds pour obtenir le meilleur rendement et mieux soutenir les personnes âgées à domicile.

Près de huit mois plus tard, la plupart des Ontariens affirment ne pas savoir grand-chose du plan d’action de la province pour les soins de santé.

Un sondage Vector conduit en août dernier interrogeait les Ontariens sur leurs connaissances à l’égard de ce plan. Un tiers, soit 33 pour cent, ont déclaré savoir plus ou moins de quoi il s’agissait, mais la majorité, soit 67 pour cent, ont avoué ne pas savoir grand-chose ou ne rien savoir du tout.

Lorsqu’on a demandé aux répondants s’ils pensaient que le gouvernement faisait un très bon ou un bon travail en ce qui concernait ces priorités, la plupart ont dit non. Légèrement plus de la moitié (51 pour cent) ont dit que le gouvernement faisait un bon travail sur la prévention des maladies. Un tiers environ (33 à 35 pour cent) ont dit que le gouvernement faisait un bon travail sur les trois autres priorités.

Malgré tout, bien des choses se passent à l’insu du public et sans commentaires du gouvernement.

Nous avons rapporté la semaine dernière que Matthews avait déclaré, dans le cadre d’une réunion, que le moratoire sur les soumissions concurrentielles était désormais permanent. Mais où est le communiqué de presse ou le discours le confirmant, et tout autre détail sur ce que le gouvernement envisage de faire à la place? Nous avons demandé la confirmation la semaine dernière. Nous attendons toujours.

Les hôpitaux subissent aussi de profonds changements dans leur structure de financement, mais peu de membres du public semblent les comprendre. Nous avons réclamé il y a plusieurs mois un détail complet de la formule de financement. Nous attendons toujours.

Tandis que le budget du printemps accordait la plus grosse augmentation de financement aux soins à domicile, personne ne semble savoir quand ces fonds seront distribués et comment ils le seront. Entre temps, les attentes s’accumulent.

Avant les élections, le gouvernement McGuinty nous avait promis de nouveaux règlements sur le transport des patients, donnant l’impression que c’était une priorité majeure parmi les rapports de véhicules sales et en mauvais état. On n’a rien entendu depuis.

De même, le gouvernement McGuinty nous avait promis que l’examen tant attendu des Réseaux locaux d’intégration des services de santé aurait enfin lieu. À notre connaissance, cette tâche sera confiée à un comité permanent de l’Assemblée législative, mais nous ne savons pas quand cela se passera et si le processus sera ouvert.

Pour le moment, si vous voulez savoir ce qui se passe, vous feriez bien de vous rendre sur le site Web du ministère de la Santé.

Si Deb Matthews veut qu’on « achète » ses plans, elle devrait peut-être nous en parler.

Le sondage Vector donne à penser que la plupart des Ontariens ne savent rien de ce plan d’action et lorsqu’on leur donne une idée des priorités, ils estiment que le gouvernement ne fait pas un bon travail. Vu l’importance primordiale qu’accordent les Ontariens aux soins de la santé, le premier ministre Dalton McGuinty devrait peut-être accorder davantage d’attention à la question.

Le sondage Vector a été conduit entre le 8 et le 20 août à l’étendue du pays auprès de 1 102 adultes. L’Ontario a fourni un échantillon de 500 personnes – l’erreur dans l’échantillon serait de 4,4 points de pourcentage vers le haut ou vers le bas. Le sondage est appuyé par une coalition d’organismes du travail, dont le SEFPO.

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s