Soins de santé privés : on expose les enfants à des risques pour augmenter ses profits

Vous devez vous demander comment les cadres chez GlaxoSmithKline dorment la nuit?

Récemment, le fabricant de médicaments britannique acceptait un règlement au civil avec le gouvernement des États-Unis, dans lequel il paierait des amendes de 3 milliards de dollars — le plus grand règlement de fraude de santé dans l’histoire de ce pays.

GSK a avoué avoir étiqueté faussement certains de ses antidépresseurs et les avoir commercialisés pour des usages non approuvés par la Food and Drug Administration des États-Unis. Ces antidépresseurs ont même été commercialisés à l’intention des enfants en dépit de mises en garde d’un risque accru de suicide chez les enfants de moins de 18 ans.

De même, GSK n’a pas informé la FDA que son médicament contre le diabète, Avandia, pouvait causer des problèmes cardiaques. La CBC rapporte que le médicament a été retiré des étagères en Europe et que sa vente est désormais restreinte aux États-Unis.

Quand les nouvelles de cette entente imminente sont arrivées l’an dernier, le cours de l’action de la compagnie a en fait augmenté, portant à se demander si, pour les grosses compagnies pharmaceutiques, de telles choses sont simplement le prix à payer pour faire des affaires.

Ce n’est certainement pas la première fois pour GSK. En 2010, SB Pharmaco, une unité de GSK, avait payé une amende pénale de 150 millions de dollars et des sanctions civiles de 600 millions de dollars après avoir plaidé coupable pour avoir vendu des médicaments « modifiés » fabriqués à Puerto Rico.

2011 fut une année record pour les fraudes dans le domaine de la santé aux États-Unis, avec le ministère de la Justice américain ayant traité 1 235 nouveaux cas de fraude.

GSK a dit qu’ils avaient « retiré » les employés qui avaient commis une faute.

Les fraudes dans le domaine de la santé sont si fréquentes aux États-Unis qu’on parle désormais de tenir personnellement responsables les dirigeants de ces compagnies. Lorsque les amendes entrent dans le cadre d’une pratique commerciale ordinaire, peut-être qu’un séjour en prison parviendrait à modifier ce comportement. Mais encore là, il semblerait y avoir une règle pour les citoyens et une autre pour les personnes aux commandes des grandes sociétés trouvées coupables d’activités criminelles.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s