Santé des réfugiés : le gouvernement Harper fait virevolte

Le gouvernement Harper a changé d’avis cette semaine.

Résolu à imposer des coupures impopulaires au Programme fédéral de santé intérimaire pour réfugiés, le gouvernement a partiellement fait demi-tour, affirmant vouloir simplement clarifier le libellé du programme.

Le programme offre une couverture d’assurance-maladie exhaustive pour les réfugiés et chercheurs d’asile en attendant qu’ils soient admissibles à l’assurance-maladie provinciale ou territoriale normale.

Les coupures devaient intervenir à la fin du mois de juin, mais pendant la longue fin de semaine dernière, le libellé a changé sur le site Web du gouvernement; la prétendue « couverture des soins de santé complémentaires » pour les réfugiés des Nations Unies que le gouvernement sélectionne et accepte au Canada est désormais maintenue. Les prestations sont également maintenues pour certains réfugiés parrainés par le secteur privé.

Le gouvernement a clairement dû faire volte-face après des semaines de pression intense du public. La ministre de la santé de l’Ontario, Deb Matthews, a écrit à son homologue du fédéral, pour lui faire remarquer que de telles coupures ne faisaient que décharger des frais sur la province.

L’organisme Doctors for Refugee Health dit qu’il continuera de faire pression auprès du gouvernement afin qu’il restaure les prestations de santé pour tous les réfugiés et chercheurs d’asile. La couverture des soins de santé pour réfugiés et chercheurs d’asile avait été mise en oeuvre au Canada dans les années 1950.

Le Dr Meb Rashid, membre de l’organisme Doctors for Refugee Health, a trouvé bizarre que le ministre fédéral de l’Immigration Jason Kenney prétende soudainement qu’il s’agissait d’un malentendu. Rashid a déclaré ce qui suit au Ottawa Citizen : « Je ne laisserais pas mon enfant de neuf ans s’en tirer si effrontément ».

Le gouvernement Harper prétend que ces prestations pour soins de santé complémentaires ne sont pas offertes aux Canadiens. Une variété de programmes de prestations d’assurance-maladie complémentaires existent pour les Ontariens à faible revenu et les assistés sociaux. Environ sept Ontariens sur 10 ont actuellement accès à une forme ou une autre de couverture de soins de santé complémentaires.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s