L’Ontario passe à l’action en réduisant les honoraires des médecins

Et bien, il n’aura pas fallu attendre longtemps.

Après quelques semaines de fanfaronnades, le gouvernement de l’Ontario est sorti de la table de négociation avec les médecins de la province pour imposer un barème de frais rétroactif qui renverse les honoraires pour quelque 4 500 services différents couverts par l’Assurance-santé de l’Ontario.

Ces mesures incluent une réduction de 11 pour cent des honoraires versés pour 250 tests de radiologie diagnostique, une réduction que le gouvernement justifie par les progrès technologiques.

Les honoraires versés pour les cataractes sont eux aussi réduits, de 441 $ à 397,75 $.

Les honoraires versés pour les injections nécessaires dans les maladies de la rétine seront coupés de plus de la moitié sur quatre ans, passant de 189 $ à 90 $.

Le gouvernement impose des restrictions sur les tests disponibles, tels que les échocardiogrammes effectués avant une intervention chirurgicale non cardiaque simple et limite l’usage des tomodensitogrammes et des IRM.

Il ne faisait aucun doute que Deb Matthews cherchait plus qu’un simple gel salarial – une mesure que l’Ontario Medical Association (OMA) avait suggérée au début des négociations.

Le gouvernement a évidemment fait de son mieux pour démontrer que les médecins étaient trop payés, faisant remarquer que leur rémunération avait augmenté de 75 pour cent depuis l’entrée au pouvoir du gouvernement McGuinty, en 2003. Le gouvernement a mis sur la sellette 407 spécialistes qui avaient gagné plus d’un million de dollars l’an dernier.

L’allégation que les médecins de l’Ontario sont les mieux payés au Canada contrastait avec un classement de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS) partagé par l’OMA, qui situe les médecins de la province au septième rang.

« Nous apprenons enfin la vérité du gouvernement : protéger les soins aux patients signifie éliminer des programmes et réduire les honoraires; gel salarial signifie imposer d’énormes réductions au niveau des honoraires et des programmes; et négocier équitablement signifie quitter la table pour imposer des coupures », a déclaré le Dr Doug Weir, président de l’OMA, dans un communiqué de presse plus tôt cette semaine, plus vitriolique qu’utile.

Toutefois, l’OMA nous a avertit que les changements aux tests diagnostiques auront une incidence sur l’aptitude de nos cardiologues à déceler et traiter les cardiopathies graves, et augmenteront les temps d’attente.

Les patients attendront aussi plus longtemps pour obtenir des soins pour les troubles responsables de cécité, tels que dégénérescence maculaire, glaucome et diabète.

Ils disent que les temps d’attente pour les tomodensitogrammes et IRM ressembleront à ceux des années quatre-vingt-dix.

Selon le gouvernement, ces efforts permettront de réaliser des économies de l’ordre de 338,3 millions de dollars en 2012-2013.

Publicité

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s