Société canadienne du sang : des leçons à tirer!

Vous avez peut-être déjà entendu parler de ça.

La Société canadienne du sang a récemment dit qu’elle augmentait ses importations de « surplus » de plasma des États-Unis, nous assurant qu’il est approuvé par la FDA.

En 2009/2010, on parlait de 10 000 unités. En 2010/11, ce chiffre avait doublé, pour atteindre 20 000 unités.

Dans les années quatre-vingts, la FDA américaine avait approuvé des expéditions de produits plasmatiques au Canada et dans d’autres pays du monde.

Tandis que la FDA américaine était heureuse d’approuver l’exportation de ce produit, elle en avait refusé l’usage aux États-Unis depuis 1984.

Pourquoi? Le produit venait d’une prison de l’Arkansas, où le VIH et l’hépatite C étaient très répandus parmi les détenus.

L’Arkansas était l’un des quelques états américains qui ne payaient pas les détenus pour leur travail dans le système correctionnel. Toutefois, la vente de leur sang était considérée comme une façon légitime de faire quelques sous en prison et, selon le Arkansas Times, les citoyens de l’Arkansas considérait cela tout à fait acceptable. Et bien entendu, le Département de l’administration pénitentiaire de l’Arkansas avait sa part du gâteau.

La vente de ce sang a entraîné un scandale de sang contaminé partout dans monde, au Canada y compris, un scandale qui a causé la vie de milliers de victimes innocentes.

Un des produits plasmatiques que nous achetons régulièrement aujourd’hui aux États-Unis est l’immunoglobuline intraveineuse (IgIV). Le Canada est un des pays au monde qui utilise le plus d’IgIV. Produit à base de plasma, l’IgIV est utilisée pour renforcer le système immunitaire des patients cancéreux pendant un traitement. Seuls 25 pour cent du plasma utilisé pour produire l’IgIV viennent du Canada.

                       

La société Baxter est une des compagnies qui le produisent pour la Société canadienne du sang. C’est une faible quantité de l’offre – environ 12 pour cent l’an dernier.

On veut nous faire croire que ce produit est sûr.

Toutefois, en 2008, Baxter était au centre du scandale de la contamination de l’héparine, qui a également coûté la vie à 81 utilisateurs et entraîné 785 graves réactions allergiques.

Le problème est que Baxter, une entreprise globale, obtenait une partie des ingrédients pour l’héparine en Chine. La FDA a découvert que la drogue était contaminée avec de la chondroïtine persulfatée, laquelle simule les effets de l’héparine et n’avait pas été décelée dans les tests du produit.

Le président de Baxter a dit au journal United Press, « la complexité de la chaîne mondiale d’approvisionnement des médicaments crée des risques nouveaux qui exigent de nouvelles façons de penser, d’identifier et d’aborder les vulnérabilités, et les anciennes normes – même celles qui fonctionnent depuis des dizaines d’années – ne sont plus à la hauteur » (traduction libre).

Mercredi dernier, à Thunder Bay, nous avons rencontré une des victimes du scandale du sang de la prison de l’Arkansas. Faible et âgé, il était là pour s’opposer à la décision de la Société canadienne du sang de fermer son centre transfusionnel de Thunder Bay sous prétexte d’une réserve excédentaire de plasma de source canadienne.

Tandis que l’établissement de Thunder Bay produit 10 800 unités de plasma par année, apparemment, la SCS n’en a plus besoin.

La SCS maintient que la demande est faible, mais quand exactement a-t-elle doublé ses importations de plasma de source américaine?

Bill Mauro, député libéral à Thunder Bay, a déclaré que la raison donnée par la SCS pour la fermeture de la clinique ne tenait pas debout.

Grâce au travail de la Commission Krever, le Canada a désormais un des systèmes d’approvisionnement en sang parmi les plus sûrs au monde. La Société canadienne du sang a été créée suite au scandale entraîné par l’importation de produits plasmatiques approuvés par la FDA américaine.

Et voilà que la CBS nous demande de faire confiance à ce produit et de tourner le dos à l’approvisionnement canadien, diligemment analysé au point de collecte.

Tandis qu’au Canada les gens qui ont un tatouage ne peuvent pas donner leur sang, on estime encore acceptable, aux États-Unis, de payer pour leur sang les personnes qui ont désespérément besoin d’argent, en dépit des avertissements lancés par l’Organisation mondiale de la santé.

Les ministres de la santé, actionnaires de fait de la Société canadienne du sang, ne peuvent bien évidemment pas se réjouir de cela.

En 2004, ils s’étaient déjà plaints du faible contenu canadien dans l’IgIV. Ils avaient mis en œuvre un plan pour augmenter le contenu canadien de 24 à 40 pour cent d’ici à 2008. En 2012, le contenu canadien est encore de 25 pour cent.

La SCS dit que le plasma américain est « en surplus, » mais pour combien de temps? Qu’arrivera-t-il le jour où il n’est plus en surplus maintenant que nous n’avons plus notre centre de collecte de produit canadien sur lequel nous fier?

Il nous faudra peut-être répondre à cette question plus vite qu’on ne le pense. Les employés de la Croix-Rouge américaine, au Michigan, sont actuellement en grève et les réserves de sang sont déjà faibles dans la région des Grands lacs.

La SCS dit que leurs contrats pour l’IgIV exige des fournisseurs qu’ils établissent de bonnes réserves et qu’ils maintiennent des quantités suffisantes pour amortir les fluctuations de la demande. Dans une lettre récente aux hôpitaux, elle déclare « les perturbations dans les livraisons régulières, dues aux rappels de produits, problèmes de fabrication ou autres événements ne peuvent être prévues à l’avance ».

La demande d’IgIV a augmenté de 9 pour cent l’an dernier. On s’attend à une augmentation semblable cette année.

La SCS nous dit que la demande de produits plasmatiques a baissé, mais pouvons-nous vraiment lui faire confiance?

Lui feriez-vous confiance?

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s