La SCS achète les « surplus » de plasma américains et ferme son centre de collecte de Thunder Bay!

 « Le vieillissement de la population constitue un double défi pour la Société canadienne du sang. D’une part, le pourcentage de personnes âgées devenant de plus en plus important, les besoins en santé vont s’accroître, ce qui entraînera une hausse de la demande de sang et de produits sanguins. D’autre part, un grand nombre de nos donneurs les plus assidus atteignent maintenant une catégorie d’âge au sein de laquelle il est plus probable, statistiquement, de recevoir du sang que d’en donner. » – Tiré du site Web de la Société canadienne du sang (SCS)

L’annonce surprise la semaine dernière de la fermeture du centre de collecte de plasma de Thunder Bay a soulevé de nombreuses questions, y compris celle de la crédibilité de cet énoncé de la SCS.

Si la SCS s’inquiète tant de ses dons, pourquoi ferme-t-elle les portes de son seul centre de collecte de plasma spécialisé au pays?

Les donneurs de Thunder Bay, à qui l’on avait tout d’abord dit que les besoins étaient importants puis qu’on avait plus besoin d’eux, se sentent trahis. Certains de leurs « donneurs les plus assidus » se demandent aujourd’hui si on leur avait menti.

La SCS maintient avoir un surplus de 10 000 unités de plasma par année. Thunder Bay produit 10 800 unités. La SCS a besoin de plus de 220 000 unités de plasma par année pour les transfusions et le fractionnement du sang en produits de plasma sanguin. Le surplus ne semble donc pas excessif, surtout si l’on tient compte de ce besoin accru anticipé en raison du vieillissement de la population.

Thunder Bay ferme pour éliminer 10 000 unités, alors que la SCS se procure plus de 20 000 unités du « surplus » de plasma des États-Unis, si l’on se fie à ce que dit son rapport annuel 2010-2011.

La SCS  nous dit que la demande des hôpitaux a baissé au cours des deux dernières années.

Il est vrai que les produits synthétiques ont largement remplacé le besoin de plasma pour les hémophiles et que les nouvelles pratiques médicales nécessitent moins de transfusions, mais cela ne veut pas dire que les produits du plasma sanguin ne sont plus en demande.

Un des produits, l’immunoglobuline, est donné aux cancéreux pour renforcer leur système immunitaire pour combattre les bactéries et les virus, et permet des traitements de chimiothérapie plus agressifs. On l’utilise aussi dans les greffes de moelle osseuse. Soixante-quinze pour cent de l’immunoglobuline utilisée au Canada est fabriquée à partir de matières de source américaine.

La SCS a récemment publié la lettre d’un client admettant que la demande d’immunoglobuline avait augmenté d’environ 9 pour cent l’année dernière. Le Canada est un des pays qui utilisent le plus d’immunoglobuline au monde.

En 2003-2004, la SCS a lancé une « stratégie canadienne sur les produits de protéines plasmatiques » afin d’augmenter le contenu domestique de l’immunoglobuline utilisée dans le pays. En l’espace de trois ou quatre ans, 40 pour cent du contenu devait être canadien. À l’heure actuelle, on parle de 25 pour cent du contenu, soit un pour cent de plus qu’en 2003-2004. Tandis qu’elle ferme son centre de Thunder Bay, la SCS maintient qu’elle essaie à nouveau d’atteindre son objectif tout en diversifiant la source d’approvisionnement. La SCS expédie des dons aux fabricants américains, qui les transforment en produits plasmatiques, qui sont à leur tour renvoyés au Canada.

Contrairement au Canada, les États-Unis autorisent la rémunération des donneurs de sang. Certains sont ainsi encouragés à mentir sur leur formulaire de dépistage pour se faire payer pour leur sang. Ce qui rend encore plus difficile l’évaluation des risques. Les sociétés américaines à but lucratif maintiennent que leur procédure de dépistage suffit à assurer qu’aucune maladie transmise par le sang n’est présente dans leurs produits.

Pourtant, l’Organisation mondiale de la santé recommande tout spécifiquement de recueillir du sang de donneurs volontaires non rémunérés, avec un faible risque d’infections. L’OMS recommande spécifiquement l’élimination des dons rémunérés.

La SCS a fait cette annonce juste quelques semaines après que les Canadiens aient appris à quel point leur système de santé était vulnérable aux problèmes d’une autre multinationale étrangère. Sandoz Canada, une société suisse, a réduit son approvisionnement de drogues injectables cet hiver après que la FDA américaine ait exprimé des inquiétudes au sujet de la qualité des produits sortant de son usine de Boucherville, au Québec. Lorsque la ligne de production a ralenti pour résoudre le problème, les hôpitaux canadiens se sont trouvés à court de certains médicaments essentiels. Un grand nombre de ces médicaments n’étaient pas disponibles ailleurs.

La vitesse à laquelle on procède à la fermeture du centre de Thunder Bay est hallucinante. Les travailleurs ont été avertis vendredi dernier. Leur dernier jour de travail sera le 12 avril.

La SCS n’a pas de problèmes financiers. Elle a enregistré des surplus ces deux dernières années. En 2010-2011, on parlait de 5 millions de dollars.

Assurément, il serait logique de consulter les utilisateurs du produit et d’aborder les problèmes de sécurité d’approvisionnement avant de jeter l’éponge sur le centre de collecte de Thunder Bay.

Le Conseil municipal de Thunder Bay a déjà adopté une motion pour demander un sursis  – au moins jusqu’à novembre.

Bruce Hyer, député de Thunder Bay-Supérieur Nord, a dit que les raisons que la SCS avait données pour la fermeture étaient incohérentes. S’adressant au Chronicle-Journal de Thunder Bay, Hyer a déclaré : « Quand j’ai demandé pourquoi le centre fermait ses portes si rapidement, on m’a répondu qu’on « pensait que ce serait mieux pour le personnel». Moi, je pense que c’est mieux pour les dirigeants de la SCS. »

Récemment échaudée par Sandoz, Deb Matthews, notre ministre de la Santé ontarienne, risque bien de vouloir s’enquérir des détails de la fermeture.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s