L’austérité dans un contexte de richesse incroyable — Yalnizyan

L’économiste Armine Yalnizyan nous rappelle que l’appel présent à l’austérité intervient dans une période de richesse incroyable.

S’adressant aux étudiants présents à la conférence Medicare de Toronto, le 31 mars dernier, l’économiste du Centre canadien de politiques alternatives a déclaré que ce débat prend place dans un contexte d’inégalité croissante.

« Nous sommes en pleine révolution industrielle », a-t-elle dit. « La richesse globale augmente exponentiellement. Nous avons accès à de plus en plus de choses. »

Tandis que les riches ont eux aussi été affectés par la crise économique de 2008, ayant subi des pertes sur leurs investissements, ils s’en sont remis beaucoup plus vite que le reste d’entre nous.

Les grandes institutions – y compris la Banque du Canada — s’accordent de plus en plus à reconnaître que l’inégalité croissante est un problème majeur.

Yalnizyan dit que nous oublions souvent que les soins de santé constituent le plus grand redistributeur de revenus de tous les programmes sociaux. Essentiellement, les services de santé publics « prennent des gens riches et bien portants pour donner aux gens pauvres et malades ».

Le mouvement d’austérité essaie de supplanter le mouvement d’occupation, tentant de convaincre les Canadiens d’accepter l’austérité dans ce contexte d’affluence incroyable.

« La chenille est l’exemple le plus flagrant », a-t-elle ajouté.

Elle fait remarquer que les marges bénéficiaires grossissent et que les sociétés restent assises sur des piles d’argent qu’elles ne réinvestissent pas dans l’économie.

La bonne nouvelle est que « on ne peut pas expulser une idée », dit-elle encore. « Les gens se rendent bien compte de ce qui arrive. »

Le mouvement le plus récent est celui d’ordres professionnels qui font campagne pour l’équité fiscale.

Juste quelques jours après la création de Doctors for Tax Fairness (Médecins pour l’équité fiscale), une autre profession a répondu en créant « Lawyers for Tax Fairness » (Avocats pour l’équité fiscale). Et maintenant, on a « Accountants for Tax Fairness » (Avocats pour l’équité fiscale).

Ces organisations estiment qu’une modeste augmentation de l’impôt payé par les gens riches pourrait faire une énorme différence dans le financement de services  tels que les services de santé publics et l’éducation.

Yalnizyan dit que nous devons relier ces appels à des initiatives spécifiques afin de démontrer la valeur de ces contributions.

« En ciblant les dollars pour une chose particulière, on peut réaliser quelque chose. »

Yalnizyan établit un contraste entre l’accord de 2004 sur la santé et l’attitude courante du gouvernement Harper, qui ne s’intéresse pas à la façon dont les provinces dépensent les paiements de transfert fédéraux.

L’accord de 2004 a réussi à diminuer les temps d’attente, a-t-elle dit.

L’équité doit entrer dans chacune de nos conversations sur les services de santé et les déterminants sociaux de la santé, a encore dit l’économiste. Elle doit faire partie de la conversation quotidienne.

L’économiste du CCPA a vivement recommandé aux médecins dans la salle de reconnaître leur pouvoir et de « développer votre savoir-faire au chevet des politiciens ».

En nouant des liens avec les politiciens, nous pouvons évaluer leur volonté de changer. Il est important d’établir une stratégie de lobbying auprès des politiciens, des bureaucrates et du public.

Pour provoquer le changement, nous devons continuer de parler, a-t-elle dit.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s