Infections nosocomiales : les balivernes de l’astroturfing

C’est souvent dangereux pour le cœur de lire les commentaires en ligne qui suivent la plupart des articles publiés dans les médias commerciaux.

Il existe un concept appelé « astroturfing » qui fait référence à des individus payés pour fouiller dans les grands médias et laisser des commentaires spécifiques dans leur traînée. Ils reçoivent des instructions précises chaque jour de leurs employeurs. L’impression est que ces commentaires reflètent l’opinion des masses alors qu’en fait ils sont calculés, planifiés et probablement bien financés. D’où la référence à l’astroturfing ou « opinion synthétique des masses ».

Ce n’est pas pour dire que chaque commentaire stupide appartient à un astroturfer rémunéré, mais parfois, c’est évident.

Heureusement, ici, sur Diablogue, notre lectorat est beaucoup trop spécialisé pour attirer les astroturfers. Il suffit de voir les commentaires réfléchis que nos lecteurs nous laissent.

Un récent commentaire laissé après un article sur l’émission de télévision Marketplace de la CBC nous a toutefois laissés perplexes, et nous nous sommes demandés s’il ne venait pas d’un astroturfer.

Marketplace avait promené ses caméras dans 11 hôpitaux en Ontario et en Colombie-Britannique pour en vérifier la propreté. La CBC avait appliqué un gel inoffensif à des endroits que de nombreuses personnes toucheraient, y compris les mains courantes, la poignée des portes, les interrupteurs de lumière et les boutons des ascenseurs.

Le gel utilisé luit lorsqu’on l’expose  aux ultraviolets. Lorsque la CBC est retournée dans les hôpitaux, 24 heures plus tard, elle a constaté que la plus grande partie du gel était encore là, suggérant qu’aucune de ces surfaces n’avait été nettoyée dans cette période.

Et les hôpitaux visités incluaient ceux du Système de santé de Niagara, là où 37 personnes ont perdu la vie l’an dernier suite aux complications d’infections à Clostridium difficile.

Selon la CBC, les hôpitaux canadiens ont le taux le plus élevé d’infections nosocomiales dans le monde développé.

Selon les commentaires de membres du personnel des hôpitaux, dans un effort visant à équilibrer leurs budgets, les hôpitaux « demandent au personnel du nettoyage de faire toujours plus avec toujours moins ».

Ce n’est pas nouveau, et le budget présenté cette semaine confirme la tendance.

Les syndicats en parlent depuis des années, et pourtant, la privatisation et les compressions continuent d’affecter le personnel du nettoyage.

Les lecteurs de ce blogue se rappelleront sans doute les nombreux articles publiés en ce qui concerne la surpopulation dans les hôpitaux, que les études relient à la propagation des infections nosocomiales.

Il est intéressant de voir que le ministère de la Santé parle des dangers dans les hôpitaux tout en essayant de diriger les patients dans les cliniques communautaires.

Tandis que les commentaires suivant cet article ne craignent pas de blâmer les vrais responsables de la situation, un commentaire suggérait que les syndicats étaient à blâmer.

Pardon?

Le mouvement ouvrier s’oppose depuis longtemps aux réductions et à la privatisation du personnel du nettoyage des hôpitaux. Et nous avons toujours été d’ardents partisans de la santé et de la sécurité dans nos lieux de travail. Nous avons constamment mis au défi la surpopulation et l’excès de travail qui contribuent à des conditions dangereuses.

Mais malheureusement, nous ne dirigeons pas le système des soins de santé.

Était-ce le travail d’un astroturfer embauché par une des nombreuses fondations de droite qui se multiplient au Canada? Ou était-ce simplement le commentaire gratuit d’une personne mal informée?

Nous ne le saurons sans doute jamais.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s