Hudak fait volte-face sur les questions qui touchent les soins de santé

Les Conservateurs de l’Ontario ont-ils abandonné certains de leurs vieux dossiers de santé depuis la publication du rapport de Drummond?

D’un côté, Hudak aime l’idée de Drummond de réseaux locaux d’intégration des services de santé encore plus grands, mais de l’autre côté, il reste silencieux face à la recommandation de Drummond de maintenir le statu quo en ce qui concerne les lits de soins de longue durée. Pendant les élections, Hudak parlait d’éliminer les RLISS, de créer 5 000 nouveaux lits de soins de longue durée et d’en rénover 35 000 autres.

Alors que Tim Hudak, le chef du parti conservateur, accuse le premier ministre Dalton McGuinty de choisir uniquement ce qui lui convient dans le rapport de Drummond, il prend lui-même des positions contradictoires, insistant un jour auprès du premier ministre pour qu’il le mette en œuvre et fabriquant ses propres exceptions le lendemain dans les 362 recommandations de Drummond.

« Si le premier ministre en refuse une seule, il doit la remplacer par une autre approche », a déclaré Hudak. Et puis Hudak s’est mis à les retirer l’une après l’autre, en commençant par son idée de protéger des revenus de 340 millions de dollars provenant de machines à sous, donnés à l’industrie des courses de chevaux.

Tandis que Hudak s’était longtemps plaint des 70 millions de dollars qu’il fallait chaque année pour faire fonctionner les RLISS, il est désormais en faveur de leur expansion. « J’ai l’impression qu’il (Drummond) élargit la portée des RLISS et crée quelque chose de tout à fait différent », a récemment dit Hudak pour justifier sa nouvelle position. C’est bien loin de sa promesse de « fermer les RLISS et de rediriger ces dollars sur les patients ».

« Les conseils des RLISS sont composés en grande partie d’individus anonymes, non élus et qui n’ont aucun compte à rendre », se plaignait Hudak il y a un an. Drummond ne fait aucune recommandation en ce qui concerne la reddition de compte des RLISS dans leur région respective.

Ce n’est pas la première fois que Hudak change d’avis depuis les élections. Tandis qu’il était autrefois opposé aux programmes de maternelle journée complète, l’idée avait commencé à lui plaire pendant les élections. Et maintenant, il appuie Drummond, qui, lui, veut les éliminer.

Au moins, Hudak n’a pas changé d’avis en ce qui concerne les gels salariaux, même si le rapport de Drummond rejette l’idée.

Mais ce sont les recommandations sur lesquelles les Conservateurs sont restés silencieux qui nous étonnent le plus.

Les conservateurs sont depuis longtemps de gros supporters de l’industrie des soins de longue durée privés à but lucratif. Compte tenu de leur promesse électorale d’augmenter le financement pour ajouter des lits dans les maisons de soins infirmiers, il est surprenant que Hudak n’ait pas contesté la recommandation de Drummond de « résister à la tentation naturelle de bâtir plus d’établissements de soins de longue durée… ».

Nous savons tous que les aînés forment la majeure partie de l’électorat de Hudak. Et voilà que Drummond veut examiner leur ressources pour déterminer leur accès au Programme de médicaments de l’Ontario. Drummond dit qu’on pourrait économiser 300 millions de dollars sur les 2,7 milliards dépensés actuellement pour subventionner les médicaments si l’on exigeait que les personnes âgées mieux nanties paient leurs propres médicaments. C’est environ une personne âgée sur neuf. Hudak appuie-t-il vraiment cela?

Nous nous demandons aussi comment il concilie la notion d’une administration réduite lorsque le rapport de Drummond recommande une commission de réforme de la santé permanente, de nouveaux organismes de coordination, comme Action Cancer Ontario, et des ressources additionnelles pour Qualité des services de santé Ontario (dans la plateforme électorale des conservateurs) et l’Institut de recherche en services de santé.

Pendant les élections, Hudak a dit qu’il voulait plus d’argent pour les infirmières, les médecins, les technologies relatives aux soins de santé et les services de santé de première ligne, mais Drummond dit que le gouvernement devrait embaucher des gens pour aider les patients à remplir les différents formulaires et formalités.

Les conservateurs ont toujours défendu le libre-échange, mais Drummond nous met en garde contre un accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne, qui pourrait coûter jusqu’à 1,2 milliard de dollars par année aux Ontariens en augmentations du coût des médicaments. Est-ce un avertissement qu’il communique à ses cousins du fédéral?

Hudak s’est toujours dit contre CyberSanté, mais le rapport de Drummond est bourré de recommandations pour accélérer et élargir la mise en œuvre de CyberSanté. Si Hudak se préoccupe d’avoir un budget équilibré, d’où viendra tout cet argent pour soutenir cette recommandation? Drummond n’explique rien et Hudak ne demande pas.

Drummond recommande également d’élargir la portée de la couverture pour les soins de santé, y compris les médicaments, les soins de longue durée et les différents « aspects » de la santé mentale. Si Hudak accepte cette recommandation, il se trouverait définitivement dans de nouveaux territoires.

Pendant les élections, les Libéraux ont fait remarquer que Mark Spiro, le directeur de campagne de Tim Hudak, avait été payé par les grandes chaînes de pharmacies pour organiser une campagne contre le gouvernement de l’Ontario qui envisageait de réduire le coût des médicaments d’ordonnance. Hudak et le caucus conservateur s’étaient opposés à la législation du gouvernement visant à réduire le prix des médicaments génériques.

Les fusions d’hôpitaux sont très peu populaires dans la circonscription de Hudak, la région de Niagara. Pourtant Drummond recommande « la fusion d’autres hôpitaux ». Hudak veut-il vraiment voir grandir le Système de santé de Niagara?

Ce qui nous étonne à propos du soutien de Hudak à l’égard des recommandations de Drummond, c’est à quel point il correspond à la direction qu’empruntent les libéraux dans le domaine de la santé.

On peut déjà imaginer comment les choses évolueront : chaque fois que Hudak se plaindra d’une politique des soins de santé, les libéraux lui liront un paragraphe du livre de Drummond. Les conservateurs risquent de comprendre bien vite l’erreur qu’ils font en appuyant les recommandations de Drummond.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s